Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

Le lumiero libéralisme: Jacques Turgot

Jacques Turgot, petit dernier du prévôt des marchands de Paris, est très généreux : avec l’argent de sa scolarité, il achète des affaires pour les écoliers plus pauvres que lui. En plus c’est un sorbonnard brillant. Il deviendra un savant original et un contrôleur général audacieux auprès du roi Louis XVI.

Parmi ses apports théoriques, il explique que le prix d’une marchandise ou d’un travail n’est pas une valeur absolue, mais un accord subjectif et temporaire entre deux personnes pour que l’échange se fasse. C’est important, parce que si le prix n’est pas une valeur absolue, il est absurde de tenter de le fixer arbitrairement par mesure administrative. Les socialistes peuvent bricoler tous les systèmes sophistiqués et intellectuellement brillants du monde. Ca ne marchera pas. Et ça n’a pas marché, comme l’a compris Turgot dès 1750 soit 160 ans avant que les grosses bêtises socialistes ne commencent.

Pendant ce temps là les physiocrates, les premiers économistes français, analysent la circulation des richesses. Ils en déduisent deux choses. Une fausse : seule l'agriculture créé des richesses, et une vraie : la meilleure solution pour que l'économie soit prospère est de laisser faire (sous-entendu les fermiers), laisser passer (sous-entendu le blé). Turgot ne dit rien sur la première idée, mais écoute la seconde. En 1774 il libéralise le marché du blé hyper réglementé, cloisonné entre les régions françaises source de pénuries locales (une région crie famine, tandis que sa voisine croule sous les stocks).

Il tentera aussi de rationnaliser et de diminuer les taxes, d’abolir les corvées, de supprimer les sinécures (salaires versés à des favoris du régime sans justification). Cet activisme lui vaudra assez d’ennemis pour se faire évincer des finances du royaume en 1777, avant qu’il ne puisse mettre en marche son dernier train de reformes. Le roi venait de rater une occasion de sauver sa tête.

"Il est impossible d’exprimer la valeur en elle-même, et tout ce que peut énoncer à cet égard le langage humain, c’est que la valeur d’une chose égale la valeur d’une autre. L’intérêt apprécié ou plutôt senti par deux hommes, établit cette équation dans chaque cas particulier, sans qu’on ait jamais pensé à sommer les facultés de l’homme pour en comparer le total à chaque de besoin."

Turgot

"Il ne faut pas demander à la liberté ce qu'elle n'a pas promis"

Turgot - Lettre au controleur général sur le commerce des grains.

" Il est clair que l'intérêt de tous les particuliers, dégagé de toute gêne, remplit, nécessairement [les] vues d'intérêt général [...] L'intérêt particulier abandonné à lui-même produira toujours plus surement le bien général que les opérations du gouvernement"

Turgot - Eloge de Monsieur de Gournay

Champs de blé et au loin une montagne

"..en conséquence, il sera libre à toutes personnes, de quelque qualité & condition qu’elles soient, de faire, ainsi que bon leur semblera, dans l’intérieur du royaume, le commerce des grains & farines, de les vendre & acheter en quelques lieux que ce soit, même hors des halles & marchés ; de les garder & voiturer à leur gré, sans qu’ils puissent être astreints à aucune formalité ni enregistrement, ni soumis à aucunes prohibitions ou contraintes, sous quelque prétexte que ce puisse être en aucun cas & en aucun lieu du Royaume."

Manque de chance, la récolte 1775 est très mauvaise. Poussés par la disette et manipulés par des spéculateurs ayant intérêt à des pénuries locales, certaines bourgades se soulèvent, accusant les réformes libérales d'être la cause de leurs malheurs.

Cela contribuera à la chute de Turgot et à la remise en cause de ses reformes jusqu'à la Révolution de 1789 où elles seront mises en place de manière plus radicale encore.

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral