Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

L'échange

Les personnes libres ont tendance à échanger des idées, des sentiments ou des biens.

Pour les conservateurs comme pour les socialistes cette détestable habitude peut nuire considérablement à l'intérêt des personnes de la société, ou pire de leur pouvoir.

En matière d'idées ou de mœurs, ces grands protecteurs bienveillants sont plutôt démotivés, laissant les personnes sans défense libres d'aimer, de divorcer lorsqu'elles le veulent, libres de lire des livres politiques -même déplaisants pour la majorité idéologique- ou de feuilleter des BD de Manara (même plaisantes pour la majorité).

Ils concentrent désormais leurs forces sur l'abomination des abominations : l'échange libre de biens ou de services. Pour justifier leur dirigisme, ils claironnent sur tous les tons une grosse bêtise:

GROSSE BETISE : "Dans un échange libre, les personnes (ou les pays) étant inégaux, il y a forcement un qui perd et un qui gagne. Il faut donc limiter ou interdire les échanges entre personnes inégales ou entre personnes vivant dans des pays inégaux."

Et ces grands protecteurs bienveillants limitent notre liberté d'échanger dans notre intérêt (nous sommes tous faibles ou amis des faibles.)

Pour les libéraux, les prémisses de ces politiques sont fausses, le raisonnement est bancal, la méthode est liberticide, le résultat est appauvrissant pour tous, pour les faibles comme pour les autres.

"L'échange est un droit naturel comme la propriété. Tout citoyen, qui a créé ou acquis un produit, doit avoir l'option ou de l'appliquer immédiatement à son usage, ou de le céder à quiconque, sur la surface du globe, consent à lui donner en échange l'objet de ses désirs. Le priver de cette faculté, quand il n'en fait aucun usage contraire à l'ordre public et aux bonnes mœurs, et uniquement pour satisfaire la convenance d'un autre citoyen, c'est légitimer une spoliation, c'est blesser la loi de la justice."

Frederic Bastiat - Propriété et Loi

spirou et zorglub

La seule liberté qui est encore victime des Zorglub despotiques et ses militants passionnés, c'est la liberté d'échanger des biens et des services.

C'est pas juste : les Zorglub pourraient faire les mêmes reproches à la liberté d'échanger des idées et à la liberté d'échanger des sentiments qu'à la liberté d'échanger des biens ou des services:

En amour aussi, la liberté d'échanger des sentiments crée des souffrances, des amertumes, des chagrins, des échecs, des remises en cause.

En amour aussi, nous sommes inégaux. Nous sommes inégaux en chance, en finesse émotionnelle ou sensuelle, en expérience, en héritage familial ou en aspect physique.

En amour aussi, on pourrait définir un groupe de faibles et exiger la limitation des échanges avec les forts en prétendant défendre leur intérêt.

Ben non, on ne le fait pas. Pas de marxisme amoureux, ni d'interventionnisme étatique bureaucratique charger de nous protéger des billets doux non déclarés.

Parce que la liberté d'échanger des sentiments est d'abord une liberté, donc un droit fondamental.

Et parce qu'au final cette liberté d'échanger est source de davantage de bien-être -ou moins de mal être- que les contraintes diverses de mariages forcés, procès en mauvaises moeurs, et autres lapidations au nom d'un projet collectif.

Parce qu'en toute modestie, en matière d'échange amoureux, l'Etat est incapable de décider de l'intérêt des personnes à leur place, ni de créer la justice amoureuse à partir d'agrégats.

Comme pour la liberté d'échanger des idées.

Comme pour la liberté d'échanger des biens et des services.

Tweet
L'avantage comparatif

Dans un échange libre, le faible comme le fort gagnent, à condition que les deux se consacrent à ce qu'ils savent faire le mieux.

Imaginons une île avec deux habitants : SuperFort et MiniFaible

SuperFort supplante MiniFaible dans les deux domaines importants de la survie : la cueillette des baies et la pêche.

Pour vivre sur cette île, ils ont le choix entre deux solutions :

Soit la méthode alter-mondialiste, chacun pour soi, ils pêchent, cueillent et consomment chacun dans leur coin en ignorant l'autre.

SuperFort
6 kg de poisson/jour
5 kg de baies/jour
MiniFaible
2 kg de poisson/jour
4 kg de baies/jour
Production sur 3 jours avec 2 jours de pêche et 1 jour de cueillette 12 kg de poisson
et
5 kg de baies
4 kg de poisson
et
4 kg de baies
Production totale de l'ile 16 kg de poisson
et
9 kg de baies

Soit, le contraire du chacun pour soi, c'est-à-dire la coopération libre, le libéralisme, ils se spécialisent sur leur domaine et échangent :

SuperFort
6 kg de poisson/jour
5 kg de baies/jour
MiniFaible
2 kg de poisson/jour
4 kg de baies/jour
Production sur 3 jours en se concentrant sur le point fort. 18 kg de poisson 12 kg de baies
Production totale de l'ile 18 kg de poisson
et
12 kg de baies
Echange de 5 kg de poissons
contre
7 kg de baies
13 kg de poissons
et
7 kg de baies
5 kg de poisson
et
5 kg de baies

Cette constatation, faite initalement par Ricardo en 1817, permet de tirer des conclusions ennuyeuses pour les mercantilistes d'hier et les altermondialistes d'aujourd'hui :

Même si le fort est plus productif dans tous les domaines, il aura intérêt à se spécialiser dans son point fort et à échanger avec le faible.

Même si le faible est moins productif dans tous les domaines, il aura intérêt à se spécialiser dans son point fort et à échanger avec le fort.

Les deux gagnent dans l’échange. (même si l'un des deux peut gagner plus que l'autre.)

"Que l'on considère les relations d'homme à homme, de famille à famille, de province à province, de nation à nation, d'hémisphère à hémisphère, de capitaliste à ouvrier, de propriétaire à prolétaire, — il est évident, ce me semble, qu'on ne peut ni résoudre ni même aborder le problème social, à aucun de ses points de vue, avant d'avoir choisi entre ces deux maximes:

Le profit de l'un est le dommage de l'autre.
Le profit de l'un est le profit de l'autre.

Car, si la nature a arrangé les choses de telle façon que l'antagonisme soit la loi des transactions libres, notre seule ressource est de vaincre la nature et d'étouffer la Liberté. Si, au contraire, ces transactions libres sont harmoniques, c'est-à-dire si elles tendent à améliorer et à égaliser les conditions, nos efforts doivent se borner à laisser agir la nature et à maintenir les droits de la liberté humaine."

Frédéric Bastiat

une scéne de Fritz Lang

Un autre monde est possible. Un monde de carton platre ou les altermondialistes pourraient forcer les autres à se comporter de telle manière que de leur point de vue, la société apparaisse sans les zones qu'ils ne comprennent pas ou qu'ils n'approuvent pas.

Chaque personne peut tenter d'améliorer le monde en n'acceptant excluivement les échanges remplissant certains critères. L'échange libre par définition n'est pas obligatoire. Une personne peut parfaitement (et doit) décider de ne pas échanger si certains critères sur la nature de l'échange ou des critères sur les intervenants de l'échange ne sont pas remplis.

Par contre, un amélioreur de monde ne peut en aucun cas contraindre deux autres personnes libres -qui ne lui ont rien demandé- à ne pas échanger.

Les altermondialistes peuvent parfaitement lutter contre la mondialisation en respectant la liberté d'échanger des autres.

Mais bon, c'est vrai que le gros du plaisir, à savoir contraindre les autres en prétendant parler en leur nom, disparaîtrait..

un troupeau de mouton
Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral