Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

La monnaie

Plutôt que troquer une marchandise contre une autre, puis contre une autre, pourquoi ne pas utiliser une marchandise qui intéresse tout le monde et qui sert de pivot à tous les échanges ?

La monnaie est donc une marchandise que tout le monde accepte, éventuellement pour son usage propre, mais surtout parce que justement tout le monde l'accepte.

Ce n'est bien sûr pas n'importe quelle marchandise. La sélection pour trouver les marchandises faisant office de monnaie a été impitoyable.

D'abord, il faut qu'elle ait un prix comme simple marchandise, sinon au tout premier échange personne n'en voudrait contre une autre marchandise.
A ce niveau là, un œuf ou de l'or répondent à ce critère. Pour faire un gâteau ou un bijou, ces deux marchandises ont déjà un prix grâce à l'usage que l'on peut en faire avant même d'être une monnaie.

Ensuite la monnaie doit être facilement divisible. Un œuf ne pourrait pas faire l'affaire, parce qu'un demi-œuf c'est tout de suite plus compliqué à transporter. Par contre, un gramme d'or, ça se divise très bien en deux demi-grammes.

Elle doit aussi être rare. Oui parce que si elle n'est pas assez rare, il en faut très vite de grosses quantités ce qui rend le transport et le stockage compliqués. Là encore, les œufs ne sont pas adaptés, il y en a tellement que le prix d'un bœuf en œufs demanderait le poids en oeufs de deux boeufs.
Avec l'or par contre, on peut acheter un œuf et un bœuf avec un grain qui tient dans la main.
C'est durable. Inutile de préciser que des bijoux en or ont traversé les siècles pour arriver dans nos musées, tandis que même un collectionneur d'art moderne hésiterait à acheter ce qu'il reste d'une omelette new-yorkaise des années 70.

Ca brille. Bon ça c'est optionnel, mais il faut mieux que cela soit quelque chose que tout le monde a envie d'avoir. Si un chanteur belge (très) talentueux n'a pas proposé de couvrir le corps de son aimée d'œuf et de lumière, il y a une raison.

A l'issue de cette confrontation, les hommes au début de l'histoire ont préféré utiliser l'or -ou en tous cas un métal- plutôt que les œufs comme moyen d'échange.

Quelle bonne idée ! Quelle dommage que les bac +14 qui nous servent d'autorité monétaire ne se soient pas inspirés de ces bac-3000 !

"La vérité la plus importante sur la monnaie émerge maintenant de notre discussion : la monnaie est une marchandise. Apprendre cette simple leçon est l'une des taches les plus importantes du monde. .../... La monnaie n'est pas une unité de compte abstraite, séparable d'un bien concret; ce n'est pas un jeton inutile mais un bien pour l'échange; ce n'est pas une créance sur la société, ce n'est pas une garantie de prix fixe. C'est simplement une marchandise."

Murray Rothbard - La monnaie et le gouvernement

"La monnaie n'est pas le produit d'un accord entre les hommes ou le produit d'actes législatifs. Personne n'a inventé la monnaie. Au fur et à mesure que les hommes devinrent conscients de leurs intérêt économiques, partout ils ont appris qu'échanger des marchandises peu échangeables contre des marchandises davantage échangeables les approchaient de leurs propres objectifs économiques."

Carl Menger - Principes d'économie

une photo de coquillages

Les pièces en métal ne sont pas les seules formes qu'ont prises les premières monnaies..

Les cigarettes dans les camps de prisonniers.

Les billes dans les cours d'école.

Les coquillages sur certaines îles du pacifique.

Ces apparitions spontanées montrent que contrairement à ce que ce gros vaniteux d'Etat prétend, la monnaie apparaît et existe sans son intervention.

La monnaie n'est pas une création étatique, c'est une création spontanée entre personnes libres pour faciliter l'échange.

C'est une invention phénoménale qui a contribué à faciliter les échanges, donc à faciliter la division du travail, donc la prospérité générale.

C'est aussi un moyen de voler en tout discrétion simultanément des millions de personnes.

Voler en toute discrétion des millions de personnes… Ca fait rêver.. Tiens au fait pourquoi les Etats se sont-ils appropriés le monopole de la monnaie ? En la décorélant de l'or de surcroît, pour n'utiliser que du papier au coût de production négligeable ?

Sans doute pour notre bien.

billes en verre
Tweet
Le prix de la monnaie

La monnaie permet donc d'avoir un prix lors de chaque échange.

Oui, mais quel est le prix de la monnaie ?

Hé bien, tout comme le prix des marchandises s'exprime en monnaie, le prix de la monnaie s'exprime à travers le faisceau d'une quantité de toutes les autres marchandises.
Le boulanger paie une baguette pour acheter 1 euro.

Le supermarché paie un pack de bière pour acheter 6 euros.

Un propriétaire vous achète 600 euros en payant l'usage d'un appartement pendant 1 mois.

Et comme toutes les marchandises, le prix de la monnaie n'a donc pas de raison d'être stable -même si l'offre de monnaie (c'est-à-dire le stock de monnaie) est stable.
Le prix de la monnaie varie en fonction de la demande. Chaque personne peut souhaiter avoir ses biens matériels sous forme de monnaie ou plutôt les avoir sous forme de maisons, voitures, livres ou usines.

Une monnaie doit être saine -c'est-à-dire non diluée par la planche à billets de la banque centrale ou la planche à crédits des banques- , mais ne doit pas (et ne peut) être figée.

Des charlatans étatistes promettent une monnaie adaptée à la croissance alors qu'ils ne peuvent produire qu'une monnaie en perpétuelle dilution.

Cette dilution n'adapte en rien la quantité de monnaie, elle rajoute simplement une couche d'instabilité.

"Avec l'univers réel de l'agir et du changement incessant, avec le système économique qui ne peut être rigide, ne sont compatibles ni la neutralité de la monnaie, ni la stabilité de son pouvoir d'achat.

Un monde du genre que postulent les exigences absolues d'une monnaie neutre ou une monnaie stable, serait un monde sans action.

Il n'est par conséquent ni étrange ni mauvais que, dans le cadre d'un monde ainsi changeant, la monnaie ne soit ni neutre ni stable en pouvoir d'achat. Tous les plans pour rendre la monnaie neutre et stable sont contradictoires. La monnaie est un élément d'action et par conséquent de changement.

Les changements dans la relation monétaire, c'est-à-dire dans la relation entre la demande de monnaie et les quantités disponibles de monnaie, affectent le taux d'échange entre la monnaie d'une part, et les choses vendables de l'autre. Ces changements n'affectent pas dans le même temps et dans la même proportion les prix des diverses marchandises et divers services."

John Locke - Traité de gouvernement civil

"Si l'homme, dans l'état de nature, est aussi libre que j'ai dit, s'il est le seigneur absolu de sa personne et de ses possessions, égal au plus grand et sujet à personne; pourquoi se dépouille-t-il de sa liberté et de cet empire, pourquoi se soumet-il à la domination et à l'inspection de quelque autre pouvoir? Il est aisé de répondre, qu'encore que, dans l'état de nature, l'homme ait un droit, tel que nous avons posé, la jouissance de ce droit est pourtant fort incertaine et exposée sans cesse à l'invasion d'autrui. Car, tous les hommes étant Rois, tous étant égaux et la plupart peu exacts observateurs de l'équité et de la justice, la jouissance d'un bien propre, dans cet état, est mal assurée, et ne peut guère être tranquille."

Ludwing Von Mises - Action Humaine

un verre de bière

Contrairement aux apparences, la monnaie n'est pas un étalon de mesure comme le mètre ou le litre.
La monnaie est aux unités de mesure ce que la bière sans alcool est à la bière. Ca a le goût et l'apparence d'une unité de mesure mais ce n'est pas une unité de mesure.

Le pouvoir d'achat de la monnaie n'est pas une unité de mesure fixée par convention à partir d'une définition objective et immuable (même si on peut définir la monnaie comme un certain poids de métal par exemple. Le pouvoir d'achat lui n'est pas une unité de mesure fixée selon un critère objectif et immuable.)
C'est une marchandise parmi d'autres dont le 'prix' est exprimé en chacune des autres marchandises. Son prix fluctue (légèrement lorsque la monnaie est saine) en permanence suivant les besoins de la population en liquidités.

C'est surtout un instrument qui permet de faire une comparaison relative entre deux options : des tomates ou des bananes, du sucre en poudre ou du sucre en carreaux. Mais cela ne permet en aucun cas de connaître une 'mesure' objective des tomates, des bananes ou du sucre.
N'en déplaise aux avares et aux nouveaux riches, l'argent n'est donc pas une valeur absolue au pouvoir d'achat fixe et immuable.

Ciel ! Un monde sans aucun point fixe, pas même l'argent. C'est très angoissant pour les petites créatures à vie éphémère que nous sommes. Y a-t-il encore de l'espoir ?

Oui, le plaisir d'une petite bière fraîche (avec alcool) un après-midi de grand soif est une valeur absolue.
Les civilisations, les philosophies peuvent s'effondrer, le plaisir que vous aurez eu cet après-midi là en buvant cette bière là sera immuable et éternel, inscrit pour toujours dans l'espace-temps.

Ouf, ce petit vertige métaphysique étant passé (ce sont des accidents qui arrivent lorsque l'on tutoie en permanence les grandes idées), nous pouvons retourner au fil conducteur de ce manuel:

Le libéralisme c'est bien.
C'est la faute aux étatistes.

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral