Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

La propriété de soi

Le libéralisme c’est une philosophie politique née au siècle des lumières et affirmant la propriété de soi.

C'est-à-dire le droit à la vie et à la sûreté, le droit à la liberté, le droit à la propriété.

Droit à la vie et à la sécurité.

Vous êtes l’unique ‘propriétaire’ de votre vie.

Personne n’a le droit de vous tuer, même si vous êtes très pénible.

Personne ne peut vous interdire de vous tuer doucement (alcool, joint, charcuterie) ou rapidement (suicide, euthanasie, scooter) même si vous êtes très sympathique.
Le corollaire de ce droit pour un gentilhomme est le devoir de respecter la vie et la sécurité des autres personnes.

"Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression."

Article 2 Déclaration des Droits de l’Homme de 1789

"Les déclarations des droits de l'homme en leurs lignes générales (sont) la charte même du libéralisme (...). Le libéralisme intelligent consiste donc, non pas à affaiblir le pouvoir autant qu'on le peut et sur tous les points -cela aussi est stupide- mais à tracer fermement la limite en deçà de laquelle le pouvoir central doit être très puissant, au-delà de la quelle il doit n'être rien du tout."

Emile Faguet - Libéralisme en 1903 (cité par Alain Laurent) Libéralisme.

Un requin effrayant derrière némo

Le requin n’est pas un libéral convaincu.Il ne reconnaît pas l’existence d’un droit à la vie et à la sécurité aux petits poissons.

Tweet
Droit à la liberté

Le libéral français se contente alors en général d’un silence désabusé lorsque le néo-socialiste illustre sa supériorité morale par des propos sans concession contre la souffrance et le monde l’argent.

Personne ne peut limiter arbitrairement les usages potentiels que vous faites de ce temps, cela s’appelle la coercition.

Vous avez donc un droit à la liberté. Il ne s’agit pas de la liberté métaphysique (liberté par rapport à Dieu ou par rapport à la nature humaine), ni d’un droit d’être ou d’avoir ce que l’on rêve d'être ou d’avoir (liberté d’être célèbre lorsqu’on a envie d’être célèbre, liberté d’avoir des vacances à la plage au moment où on a envie de vacances à la plage etc...).

Il s’agit de la seule liberté qui puisse être garantie par une loi humaine sans nuire à la liberté des autres : la liberté d’agir ou de penser sans limites autres que la jouissance des même libertés par les autres personnes.

Le corollaire de ce droit pour un gentilhomme est le devoir de respecter la liberté des autres personnes.

" La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi."

Article 4 de la déclaration des Droits de l’Homme de 1789

"Dans l'ordre moral, le libéralisme est la liberté de penser, reconnue et exercée. C'est le libéralisme primordial, comme la liberté de penser est elle-même la première et la plus noble des libertés. L'homme ne serait être libre à aucun degré, dans aucune sphère d'action, s'il n'était un être pensant et doué de conscience.
La liberté des cultes, la liberté d'enseignement et la liberté de presse sont celles qui dérivent le plus directement de la liberté de penser.
Dans l'ordre économique, le libéralisme est la reconnaissance de la liberté de travail, et toutes les libertés qui s'y rattachent, y compris le droit de propriété, extension légitime de la personnalité humaine.
Dans l'ordre politique, le libéralisme est avant tout, la recherche des garanties de la liberté. Il n'admet pas que les hommes, en s'associant et en créant la société politique, soient tenus de sacrifier une portion quelconque de leur individu. "

Emile Faguet - Libéralisme en 1903 (cité par Alain Laurent) Libéralisme.

La liberté guidant le peuple

La liberté est belle.. En 1830, elle est surtout occupée à prendre des barricades contre des conservateurs de tous poils (nostalgiques de l’Ancien Régime, nouveaux grands bourgeois mélangeant intérêt privé et intêret public)
Plus tard les socialistes lui expliqueront qu’elle n’est que formelle et qu’ils lui en préfèrent une autre, la liberté réelle. Cette rivale produisant surtout des goulags, ils reviendront vers elle 150 ans plus tard sans même s’excuser, les rustres !
Mais elle, elle s’en moque, elle sait qu’elle a des vrais amoureux, fidèles, attentionnés et obstinés dans sa défense : les libéraux.

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral