Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

Le depositum

Le depositum est un contrat où une personne confie à la garde d'une autre un bien pour qu'il le protège. Le bien doit être retourné à n'importe quel moment sur demande.
Pour des biens fongibles, le gardien peut mélanger les biens confiés à d'autres. Mais ses obligations restent les mêmes : rendre à n'importe quel moment les biens confiés.

Le gardien a donc l'obligation de conserver très strictement dans ses coffres la quantité de bien qu'on lui a confié.
De plus le bien continue d'appartenir au déposant. Si le gardien fait faillite, le bien déposé ne peut pas être saisi, il doit être restitué au déposant sans plus de formalité.
Ainsi si une banque de dépôt fait faillite, ses déposants doivent pouvoir récupérer leur argent immédiatement.

Par contre, comme il s'agit d'un service que le gardien effectue pour le déposant, c'est le déposant qui paie le gardien durant la période du dépôt.

Mutuum et depositum même s'ils ont tout les deux un nom rigolo s'appuient donc sur des bases, un principe et un objectif clairement différents : gardiennage d'un côté, location d'un autre côté.
Malheureusement, les banques modernes avec la complicité active des Etats ont le droit de mélanger ces deux opérations, pour leur plus grand bénéfice et notre plus grand malheur.

"Par essence, la création monétaire ex nihilo que pratiquent les banques est semblable (...) à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi. Concrètement elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents"

Maurice Allais, Prix Nobel d'Economie 1988

Bonnie and Clyde

C'est l'argent facile ! Les bonnie and Clyde du trombonne facturent des taux intérêt en louant ce qui ne leur appartient pas ! Pas compliqué dans ces conditions de s'octroyer des gros bonus.
Par contre pour leur co-naufragés, cette initiative est moins rose : les 100 faux certificats de trombonnes ont simplement dilué le pouvoir d'achat des certificats de trombonnes déjà en circulation.
Ce que devait arriver, arrive. L'île connait à nouveau une hausse des prix générale.
Les honnêtes cultivateurs de patates et les honnêtes éleveurs payent tous une taxe invisible au profit du couple de fraudeurs.
Mais le pire reste à venir. Un naufragé calcule qu'il y a forcément un problème avec les certificats de trombonnes, tous ne peuvent pas représenter réellement des trombonnes.
C'est la panique ! Tous les porteurs de certificats de trombonnes se présentent à la Banque. Et naturellement les escrocs sont vite démasqués.
Des disputes interminables entre naufragés ont lieu : quels sont les certificats de trombonnes qui représentent vraiment des trombonnes et quels sont les faux certificats ? Parce que les faux certificats prêtés par les escrocs ont circulé aussi dans l'économie et leur nouveaux propriétaires les ont légitimement obtenus en échange de leur travail...
Une crise violente a donc lieu dans l'île de Steak-Frite. Une crise violente due aux banquiers..
Au milieu de ce désastre, une consolation : sur l'île de Steak-Frite, la justice fonctionne correctement. Et zou, 5 ans de corvée de patate pour les banquiers escrocs !

Tweet
Le dépôt et le prêt

La différence entre :
- d'une part prêter de l'argent à votre banque pour qu'elle l'utilise en le reprêtant.
-d'autre part déposer de l'argent pour qu'elle le garde (et en vous vendant un certain nombre de services, chéquier, carte bleue, site internet) est cruciale.
Dans le premier cas, c'est un prêt à votre banque. Il y a transfert temporaire de la propriété. Pendant que la banque utilise vos fonds pour ses placements, l'usage de vos fonds lui appartient exclusivement.
Dans la second cas, le dépôt, il n'y a pas de transfert de propriété. Votre argent continue de vous appartenir, à vous et à vous seul. Simplement au lieu de le garder sous votre matelas, vous l'avez confié à un professionnel de gardiennage.
Cette dichotomie se retrouve d'un point de vue économique.
Dans le premier cas, vous renoncez à l'usage d'une ressource pour que quelqu'un d'autre l'utilise pendant une durée déterminée.
Dans le second cas, cette ressource continue d'être la votre, à votre entière disposition. Seule sa forme change.
En faisant croire à deux personnes différentes qu'elles ont l'usage exclusif d'une même ressource, la banque trompe les acteurs sur la quantité d'une ressource disponible et fausse les calculs économiques.
S'il y a plusieurs moyens de produire un même bien, et que l'une des méthodes coûte moins cher parce que l'une des ressources est moins chère, les producteurs vont naturellement s'orienter vers cette méthode de production.
En trompant les producteurs sur la profusion réelle d'une ressource (la monnaie en l'occurence), les banquiers favorisent des méthodes de production qui ne sont pas les plus efficaces économiquement. Cela appauvrit la société dans sa totalité et cela provoque cycliquement des crises économiques violentes lorsque les producteurs réalisent qu'ils ont fait des investissements inutiles ou non optimum.

"Le prêt, dans un sens économique, signifie l'échange d'un bien ou d'un service présent contre un bien futur ou un service futur. Il est alors difficile d'inclure les [dépôts] sous la conception de crédit. Le déposant d'une somme d'argent qui obtient un certificat convertible en argent à n'importe quel moment pourra obtenir de ce certificat les mêmes services que la somme d'argent elle-même. Le dépôt de l'argent ne signifie en aucune manière qu'il a renoncé à l'usage immédiat de cet argent."

Ludwing Von Mises - Theory of Money and credit.

"En résumé, quelque soit l'angle [légal] sous lequel vous le considérez, un dépôt ne peut pas être équivalent à un prêt à la banque. Les deux sont par leur essence incompatibles et l'existence du système de réserve fractionnaire, malgré qu'il soit un "monstre" ou une "aberration légale" ne doit son existence qu'au fait qu'il a été toléré puis légalisé par le pouvoir politique. Quoi qu'il en soit, le fait que ce monstre légal joue un rôle dans les interactions humaines produit inévitablement des dommages économiques et engendre des conséquences sociales."

Huerta de Soto - Money, Bank Credit and Economic Cycles

?

393 Avant JC. Isocrate est un avocat médiatique à la mode. Il est sur un gros coup : la défense d'un ami du Satyrus, roi du Bosphore. Pour bien se faire mousser autour d'une affaire juteuse, les avocats médiatiques du XXIème siècle comme celui du Véme siècle avant JC sont d'accord sur un point : il vaut mieux compter sur soi-même. Isocrate publie donc ses plaidoiries dont certains fragments nous sont par chance parvenus. Le fils accuse Passio, un banquier Athénien, de s'être approprié un dépôt à son profit. Lorsque le client d'Isocrate est venu chercher son dépôt, le banquier a admis ne pas avoir les fonds pour restituer ce dépôt immédiatement. La victime raconte : "Après avoir couvert sa tête, pleuré, il me déclara qu'il avait été forcé par les difficultés économiques de me dénier l'accès à mon dépôt, mais il me demanda d'avoir pitié de lui et de garder sa pauvre situation secrète, pour qu'on ne découvre pas qu'il avait commis une fraude." Ce témoignage de la victime est renforcé par le comportement de l'accusé qui sonne comme comme un aveu de culpabilité : Passio refuse de confier un esclave à la justice pour que celui-ci soit interrogé sous la torture. Il y a trois leçons à tirer de ces fragments :

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral