Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

Le prix

Le prix est l’un des montants numéraires possibles pour que l’échange se fasse, c'est-à-dire l’un des montants numéraires qui fait que les deux personnes sur le point de faire l’échange considèrent que leur situation sera plus souhaitable après l’échange qu’avant l’échange.

Le prix n’apparaît donc qu’à l’occasion d’un échange entre deux personnes. Sans échange, pas de prix.

Robinson Crusoé ne connaît le montant numéraire d’aucun des objets qui l’entoure. Pour fixer le prix d’un objet, il faut être deux. : un acheteur et un vendeur.

Sans échange libre, pas de prix juste.

De même un match de foot est juste, quelque soit le vainqueur si l'arbitrage a été juste, pour les libéraux, un prix est juste lorsque des principes permettant l'échange ont été respecté (pas de coercition, contrats libres, Etat de Droit) quelque soit le prix fixé finalement par les personnes libres.

"Si, sans fraude, monopole ou autres irrégularités, une chose s'est trouvée être communément vendue dans une certaine région ou localité à un certain prix, ce prix doit être considéré comme mesure et règle pour estimer le prix juste de cette région. Le prix est dit "naturel" parce qu'il résulte de la chose même sans égard aux lois et décrets, et qu'il dépend de maintes circonstances qui le modifient, telles que les sentiments des gens, leur estimation des différents usages, souvent même selon les humeurs et plaisirs."

Luis de Molina - (1535-1600) Théologien - Ecole de Salamanque..toujours quelques siécles d'avance...-

"Mais si le gouvernement fixe les prix à un niveau autre que celui qu'aurait fixé le marché laissé à lui-même, cet équilibre de l'offre et de la demande est perturbé.
../...
Un principe différent doit forcément entrer en jeu pour l'attribution des biens et services concernés, et pour la sélection de ceux qui recevront une portion du volume disponible. Ce principe peut être que seuls les premiers venants pourront être servis, ou que seuls le seront les gens auxquels une circonstance spéciale (par exemple des relations personnelles) confère une position privilégiée, ou encore seuls les gaillards sans scrupules qui chassent du partage leurs rivaux par l'intimidation ou la violence. Si l'autorité ne souhaite pas que ce soit la chance ou la violence qui définisse la répartition du disponible, et que le chaos s'ensuive, elle doit réglementer elle-même le montant que chaque individu est en droit d'acheter. Elle doit recourir au rationnement "

Ludwig Von Mises - Action Humaine

frankenstein, bande dessinée

L'Etat socialiste tente parfois de créer des justes prix, comme le Dr Frankenstein a créé la vie. Dans les deux cas, les résultats sont mitigés.

Un prix juste ne signifie pas que les personnes ayant échangées soient toutes les deux parfaitement satisfaites du prix qui a permis l'échange.

Cela ne signifie pas non plus qu'au delà du bien ou du service échangé, ce prix juste va permettre aux personnes d'améliorer tous les aspects de leur vie.

Cela signifie plus modestement, que les règles d'échanges ont été respectées.

Fixer un prix selon des critères de 'résultats' nécessiterait de connaitre les besoins réels, les goûts subjectifs, les mérites ou les efforts de chaque personne, de tenir compte des effets indésirables d'une augmentation des prix d'un service ou détriment des autres, et enfin d'interdire ou de forcer les personnes à faire l'échange.

C'est un travail que seul un Dieu pourrait espérer accomplir correctement (et encore, un Dieu pas tellement intéressé par la liberté de ses créatures).

Lorsque l'Etat s'y risque, cela donne des petits Frankeinstein qui hurlent dans la campagne. Les braves paysans les évitent et des pénuries se créent.

Tweet
La valeur versus le prix

La confusion entre le prix et la valeur rend la vie très difficile à certains nouveaux riches ou anciens marxistes.

A défaut de valeurs propres, certains nouveaux riches considèrent qu'un objet cher a forcement beaucoup de valeur. Les malheureux sont obligés de mettre à leur murs des tableaux moches mais chers, admirer des hommes médiocres mais riches ou porter des vêtements qui grattent mais chers.

Leurs compagnons d'infortunes, les neo-marxistes sont eux aussi convaincus que les prix doivent refléter la valeur. Ils enragent devant la bêtise de ce monde où les prix n'obéissent pas à leur vision du juste.

Les neo-marxistes utilisent cette confusion pour justifier la collectivisation de certaines activités. La culture n'est pas une marchandise, donc il faut que l'Etat fixe des justes prix.

Si les néomarxistes n'étaient pas matéralistes comme les nouveaux riches, ils ne confondraient pas la valeur (subjective) d'une émotion ressentie lors d'une representation réussie et le prix d'un ticket de théatre; montant numéraire acceptable d'une part pour les spectateurs, d'autre part pour les acteurs.

"Estimer un prix doit être clairement distingué d'attacher de la valeur."

Ludwig Von Mises - Action Humaine

"Qu'est-ce qu'un cynique ? C'est un homme qui connaît le prix de tout et la valeur de rien."

Orscar Wilde

"Nous devrions bien être conscient du fait que si nous considérons qu'un homme est digne d'une grande récompense matérielle, cela ne le rend pas nécessairement digne d'estime.
Et, bien que nous nous trompions souvent à ce propos, cela ne signifie pas pour autant que cette confusion est un résultat nécessaire du système de la libre entreprise, ni que, de manière générale, le système de la libre entreprise est plus matérialiste que les autres ordres sociaux.../...
Il est sûrement injuste de reprocher à un système d'être plus matérialiste parce qu'il laisse l'individu décider s'il préfère les gains matériels à d'autres types de distinctions, au lieu que quelqu'un d'autre décide pour lui. Ce n'est que lorsqu'une personne peut choisir par elle-même de faire un sacrifice matériel qu'elle mérite d'être honorée. Le désir d'être soulagé du choix, et de toute exigence de sacrifice personnel, ne parait pas être particulièrement idéaliste."

F.A. Hayek - La composante morale de la libre entreprise

Le petit prince

"On ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux."

Pour faire une analyse économique aussi lucide, le petit prince est sans nul doute un libéral de l’Ecole Autrichienne.

Cela étant, le petit prince connait la valeur de chaque chose, mais il ne connait le prix d’aucune, il ne dépend pas des échanges indirects et de la division du travail pour vivre.

Sinon en plus de la valeur, il saurait qu’une peau de renard, ça fait 75 euros, un gigot de mouton 45 euros, une petite planète constructible, bien illuminée, plomberie à refaire 354 000 euros. (Ca a augmenté, c’est de la folie.)

Le prix est une information qui permet d’échanger, d’arbitrer et coopérer entre personnes libres de manière efficace, dans le cadre de la division du travail et des échanges indirects. A ce titre, il est la manière la plus efficace pour orienter la production au plus proche des souhaits des personnes.

Mais, il ne se substitue en aucun cas à une échelle de valeur sentimentale, humaniste, artistique, hédoniste, religieuse…

Oublier ou ne connaitre aucune autre échelle de valeurs que les prix est le plus sur moyen de ressembler au business man (Vous croyez qu’il gagne combien .?) ou d’avoir une petite nausée nihiliste les soirs de fatigue…

business man
Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral