Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

Le Steam-Libéralisme : Le protectionnisme.

Certains industriels ayant acquis une position dominante sur le marché national poussent donc le pouvoir politique à interdire ou à taxer très fortement les produits venant des autres pays européens.
Pour les libéraux, le protectionnisme est immoral et inefficace économiquement.

Chaque personne est libre d'échanger pacifiquement le fruit de son travail avec son voisin ou une personne d'un autre continent. Une personne d'un autre continent est aussi respectable qu'un voisin, et aussi digne de profiter d'un libre échange de biens ou de travail. Ce n'est pas à l'Etat ou pire à un industriel d'interdire des échanges entre deux personnes.
Le protectionnisme en faveur de patrons influents est le signe d'une collusion entre intérêt privé et intérêt public. Or l'Etat a un rôle d'arbitre, pas de serviteur pour protéger les intérêts de quelques personnes au détriment de l’intérêt général.

D'autre part lorsque les hommes politiques disent par exemple : 'Nous allons taxer les oranges étrangères', ils ne disent pas la vérité.

Ce n'est jamais le produit importé qui paie une taxe. On n'a jamais vu un kilo d'oranges sortir quelques sous au douanier en passant la frontière. Celui qui paie la taxe, c'est celui qui achète le produit, jamais le produit lui-même. Ce sont donc les pauvres qui achètent le produit importé qui paient une taxe, permettant au riche de garder une rente de situation.

En 1846, les Anglais abolissent les corns laws, lois protectionnistes sur le blé. Cela a plusieurs conséquences :

En 1860, les Français signent un accord de libre-échange avec les Britanniques. Saint Gobain baisse le lendemain ses prix de 32 % en continuant de faire des bénéfices. Ciel, un fleuron de l'industrie française aurait surfacturé ses services à sa patrie ? Le protectionnisme n'est-il pas au service de tous ?

"Je suppose qu’il vienne à l’idée de quelques spéculateurs parisiens de se livrer à la production des oranges. Ils savent que les oranges de Portugal peuvent se vendre à Paris 10 centimes, tandis qu’eux à raison des caisses, des serres qui leur seront nécessaires, à cause du froid qui contrariera souvent leur culture, ne pourrant pas exiger moins d’un franc comme prix rémunérateur. Ils demandent que les oranges du Portugal soient frappées d’un droit de 90 centimes. Moyennant ce droit, les conditions de production, disent –ils, seront égalisés et la Chambre, cédant, comme toujours à ce raisonnement, inscrit sur le tarif un droit de 90 centimes par orange étrangère. Eh bien ! Je dis que les conditions de production ne sont nullement changées. La loi n’a rien ôtée à la chaleur du soleil de Lisbonne, ni à la fréquence ou à l’intensité des gelées de Paris. La maturité des oranges continuera à se faire naturellement sur les rives du Tage et artificiellement sur les rives de la Seine, c'est-à-dire qu’elle exigera beaucoup plus de travail humain dans un pays que dans l’autre. Ce qui sera égalisé, ce sont les conditions de la vente. Les portugais devront nous vendre leurs oranges à 1 franc, donc 90 centimes pour acquitter la taxe. Elle sera évidement payée par le consommateur français."

Frédéric Bastiat

La bataille de trafalgar
Tweet
Le Steam-Libéralisme : Les droits des ouvriers.

Pour les socialistes et les conservateurs bourgeois, ce qui est vraiment important, c’est la classe sociale. Certains bourgeois conservateurs développent des théories de darwinisme social justifiant leurs privilèges, les socialistes bâtissent eux des systèmes d'analyse de la société beaucoup plus sophistiqués à travers le prisme de la lutte des classes.

Pour les libéraux, toutes ces théories sont souvent fausses et tout le temps hors sujet. La seule échelle importante pour les Droits, c'est la personne. Jamais une classe, une race, une religion.

Pas besoin donc de pondre des encyclopédies fumeuses pour détailler une zoologie des classes sociales et de leur destin afin de justifier des droits spécifiques pour les ouvriers par exemple.

Pas besoin de droits spécifiques, il suffit de respecter une déclaration simple et universelle. La Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1789.

Universelle, ça veut dire que si trois patrons ont le droit de se faire une petite bouffe pour s’associer, parler affaires, ou signer des contrats, 3000 ouvriers ont aussi le droit de se réunir pour s’associer, signer des contrats ou parler affaires.

Les trois patrons et les 3000 ouvriers sont des personnes égales en dignité et en droits. Ces 3003 personnes ont donc le même droit inaliénable à se réunir librement, s’exprimer librement ou s’associer librement. Point à la ligne.

Universelle, ça veut dire que si trois patrons ont le droit de s’associer pour mutualiser les risques qui les menacent (un bateau qui coule, une usine qui brûle) via une compagnie d’assurance, trois mille ouvriers ont le droit de s’associer pour mutualiser les risques qui les menacent (la maladie ou le chômage) via une mutuelle ou une caisse de chômage.

Ces 3003 personnes ont donc le même droit inaliénable à s’associer librement pour mutualiser leurs risques.

La seule limite pour ces 3003 personnes étant que personne ne doit être obligé d’appartenir à cette association ou de passer par l’association pour contractualiser avec qui que ce soit. (C'est-à-dire pas de cartels, de monopoles ou de protectionnisme pour les trois patrons, pas de corporations modèle Ancien Régime, pour les ouvriers).

Ca a l’air simple comme ça..

Les mêmes droits pour tous. POUR TOUS.

He ben non, c'est trop simple. Bourgeois conservateurs et socialistes vont passer le XIX siècle à batailler contre les libéraux pour faire compliqué et violent.

"Je suis en face d'un patron, nous débattons le prix; celui qu'il m'offre ne me convient pas; je ne commets aucune violence; je me retire, et vous dites que c'est moi qui porte atteinte à la liberté du travail parce que je nuis à son industrie!... Ne voyez vous pas au contraire que c'est le patron qui viole la mienne? S'il fait intervenir la loi pour que sa volonté me soit imposée, ou est la liberté, ou est l'égalité? ! ... Ce que vous proclamez là, c'est l'esclavage, car qu'est-ce qu'un esclave si ce n'est l'homme forcé par la loi de travailler à des conditions qu'il repousse."

Frederic Bastiat, Député Libéral. Journaliste (1801 – 1850)

"Il n'est pas besoin d'entrer ici dans une critique des concepts de classe sociale et de race tels qu'employés par ces doctrines. Il n'est pas nécessaire de demander aux marxistes quand et comment un prolétaire qui parvient à rejoindre les rangs de la bourgeoisie change son esprit prolétarien en un esprit bourgeois. Il est superflu de demander aux racistes d'expliquer quelle sorte de logique est propre aux gens qui ne sont pas de race pure. Des objections beaucoup plus sérieuses doivent être soulevées."

Luging Von Mises Philosophe Économiste (1881 – 1973)

Gavroche !
Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral