Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

Les banques

Les banques sont des entreprises indispensables pour le fonctionnement d'une économie libérale. Lorsqu'elles font honnêtement leur métier, elles permettent la création de richesses qui n'aurait pas pu avoir lieu sans elles et ils est normal qu'elles en dégagent des profits partagés avec leur meilleurs salariés.

Cela étant pour les libéraux de l'Ecole autrichienne, les banques font deux métiers distincts qui devraient être clairement compartimentés :

- une fonction de dépôt, c'est-à-dire un lieu où l'on peut déposer en sécurité certaines marchandises (en l'occurrence de la monnaie).
- une fonction de location, c'est-à-dire un lieu où l'on peut louer -contre paiement- une marchandise (l'or en l'occurrence) dont on a besoin pour un délai déterminé.

Ces deux métiers, tout les deux honorables et indispensables pour la prospérité générale, en étant confondus donnent lieu à des pratiques à la fois immorales, frauduleuses et gravement destabilisatrices pour l'économie.

Ce mélange des genres et la pratique qui en découle (la réserve fractionnaire), ont d'abord été fait en cachette lors du développement des banques et des certificats de monnaie.

Cette pratique a ensuite été légalisée, (en parallèle de l'abandon de l'étalon-or, une catastrophe n'arrivant jamais seule), au prix de polémiques violentes au cours XIXème siècle et au début du XXème siècle.

"… Le principe légal gouvernant les contrats de dépôts a été corrompu au fil du temps, principalement à cause de la tentation ressentie par les premiers banquiers d'utiliser l'argent de leur déposant à leur propre profit. L'intervention de l'establishment politique a aussi joué un rôle important. Cherchant à sécuriser toujours davantage de ressources financière, les autorités politiques se sont tournées vers les banquiers gardiens des dépôts des autres et ont tenté d'exploiter ces fonds, accordant aux banquiers toutes sortes de privilèges, en particulier l'autorisation d'utiliser l'argent des dépôts à leur propres profits. (à condition évidemment qu'une partie conséquente de ces fonds soit prêtée aux hommes politiques eux-mêmes.)"

Huerta de Soto - Money, Bank Credit and Economic Cycles

des trombonnes (de bureau)

L'intermédiaire donne au préteur un certificat stipulant qu'il doit lui rendre les trombonnes prêtés à une date donnée. Puis il confie les trombonnes à l'emprunteur.

Cette opération n'augmente en rien le quantité de trombonnes dans l'île. Le prêteur ne dispose plus des trombonnes qu'il a prêté à l'intermédiaire.

Le certificat qu'il a obtenu, n'est pas un certificat de trombonnes permettant de disposer sur demande des trombonnes comme un certificat de monnaie, mais un certificat de crédit. C'est-à-dire un certificat permettant de re-disposer des trombonnes à une date future.

Le certicat de monnaie et le certificat de crédit sont deux choses bien distinctes. Dans le premier cas, c'est exactement comme de la monnaie : on peut en disposer à volonté, dans le second cas, il faut attendre que le crédit soit terminé pour re-disposer de la monnaie.

Tweet
Mutuum et depositum

Chez les romains deux types de contrats distincts régissent les services qu'offrent les antiquo-banquiers.

Le mutuum qui permet de prêter une quantité de biens fongibles. L'argent, le blé ou le sel.

L'emprunteur doit rendre une quantité égale de biens de la même espèce et de la même qualité à une date convenue à l'avance avec un intérêt.
C'est l'opération qu'un épargnant peut faire en prêtant de l'argent à un banquier contre un intérêt. Pendant que l'argent est prêté au banquier, l'épargnant ne peux plus en disposer.

De plus, si la banque fait faillite pendant la période d'emprunt, l'épargnant n'aura plus que ses yeux pour pleurer et fera la queue parmi les autres créditeurs pour essayer de récupérer son bien.

"L'émission de certificats de monnaie n'accroît pas les fonds que la banque peut employer pour ses opérations de prêts. Une banque qui n'émet pas d'instruments fiduciaires ne peut accorder que du crédit-réel, elle ne peut prêter que ses propres fonds et le montant de monnaie que lui ont confié ses clients.
L'émission d'instruments fiduciaires augmente les fonds dont dispose la banque pour prêter au-delà de ces limites. Elle peut maintenant accorder non seulement du crédit-réel, mais aussi du crédit de circulation, c'est-à-dire du crédit au moyen de l'émission d'instruments fiduciaires."

Ludwing Von Mises - Action Humaine

"…/… Les banques sont bel et bien privilégiées par le gouvernement, autorisées à augmenter la masse monétaire, et ainsi mettre en marche deux grandes agressions contre le public : un boom inflationniste disloquant l'appareil productif et les investissements, volant l'épargne des classes moyennes suivi par une douloureuse contraction rendue inévitable pour corriger les distorsions induites pour le boom. Tout ceci pour être justement attribué au système de la réserve fractionnaire chapeauté par la banque centrale."

Murray Rothbard - An autrian perspective on the history of economic thought

"Comme pour le faux-monnayage, tous les propriétaires, tous les épargnants sont expropriés et victimes du faux-monnayeurs.
Dans le cas de la [réserve fractionnaire], l'effet des agissements du banquier ne sera pas seulement une hausse des prix et une redistribution de l'argent et des revenus mais aussi des cycles ruineux de booms et de récession générés par les expansions et les contractions du faux crédit bancaire."

Murray Rothbard - The case against the fed.

bande dessinées, Natacha-l'île d'outre-monde

Sur l'île de Steak-Frite, un danger menace l'économie libre et la monnaie saine, un danger sournoisement niché au cœur d'une belle histoire d'amour.

Le loueur de trombonnes est en effet tombé amoureux de la gardienne de trombonne Cette dernière n'est pas insensible au charme de son courtisan.

Bref, après la parade amoureuse d'usage, les deux tourtereaux convolent en juste noce.

Et fusionnent leur activité.

Dans la caverne, de Monsieur Gardien et Madame loueur de trombonnes, il y a encore deux amphores distinctes, une contenant les trombonnes qui sont déposés pour être gardés (il y en a 250 trombonnes), l'autre qui contient les trombonnes qui sont destinés à être prêtés (il y en a 100).

Les amants maudits ont alors une idée géniale. Pourquoi ne pas prêter aussi les trombonnes qui sont dans l'amphore des dépôts ?
Personne ne s'en rendra compte, les déposants ne réclament pas leur dépôts en même temps.

Les Bonnie and Clyde du trombonne commencent donc leur activité. Et ça marche du tonnerre.

Avec seulement 100 trombonnes dans l'amphore à prêt, ils prêtent 200 trombonnes sous forme de certificats de trombonnes. Et si jamais quelqu'un vient réclamer les trombonnes représentés par ces faux certificats de trombonnes, ils se serviront ni vu ni connu dans l'amphore des dépôts.

Oui, sauf que les trombonnes de l'amphore de dépot sont déjà présent dans l'économie de l'ile sous la forme des certificats de trombonnes que les banquiers ont remis aux déposants lors du dépot.

En prêtant des certificats de trombonnes basés sur les trombonnes de l'amphore de dépot, ils emettent donc une deuxième fois des certificats pour les mêmes trombonnes.

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral