Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

Les libéraux

Pour les libéraux la société s'organise spontanément à condition que les droits naturels de chaque personne (sûreté, liberté, propriété) soient garantis par un Etat impartial, ayant l'exclusivité de la violence.

Les libéraux partent donc des Droits de la personne pour constater l’ordre qui se forme, s’adapte, se transforme sous l'action combinée de millions d'individus réagissant sans concertation à leur environnement et poursuivant des buts qui leur sont propres.

Les libéraux considèrent que les interactions de personnes libres respectant les droits des autres personnes sont nécessaires et suffisantes pour obtenir une société harmonieuse, ou plus exactement dans le monde imparfait qui est le notre, la société la moins inharmonieuse possible.

Pour les libéraux, les Droits de la personne ne s'effacent jamais. Même devant des théories compliquées -conservatrices ou socialistes- qui regroupent artificiellement les personnes en petits tas selon des critères arbitraires (la classe sociale, la race, la religion), puis donnent des droits spécifiques à ces petits tas au détriment des Droits de la personne.

"Les hommes ont des droits [..] et ces droits sont indépendants de l'autorité sociale, qui ne peut leur porter atteinte sans se rendre coupable d'usurpation."

Benjamin Constant

"La liberté en tant qu'homme, j'en exprime le principe pour la constitution d'une communauté dans la formule : personne ne peut me contraindre à être heureux d'une certaine manière (celle dont il conçoit le bien-être des autres hommes), mais il est permis à chacun de chercher le bonheur dans la voie qui lui semble, à lui, être la bonne, pourvu qu'il ne nuise pas à la liberté qui peut coexister avec la liberté de chacun selon une loi universelle possible (autrement dit, à ce droit d'autrui).
Un gouvernement qui serait fondé sur le principe de la bienveillance envers le peuple, tel celui du père envers ses enfants, c'est-à-dire un gouvernement paternel, où par conséquent les sujets, tels des enfants mineurs incapables de décider de ce qui leur est vraiment utile ou nuisible, sont obligés de se comporter de manière uniquement passive, afin d'attendre uniquement du jugement du chef de l'Etat la façon dont ils doivent être heureux, et uniquement de sa bonté qu'il le veuille également, - un tel gouvernement, dis-je, est le plus grand despotisme que l'on puisse concevoir."

Emmanuel Kant

"Les princes me donnent beaucoup s’ils ne m’ôtent rien, et me font assez de bien quand ils ne me font point de mal ; c’est tout ce que j’en demande"

Montaigne

"..l’ordre social dans son ensemble, et même tout ce que nous appelons culture, est le résultat de recherches individuelles qui n’avaient pas ces fins en vue, mais qui étaient guidées vers elles par des institutions, des pratiques et des règles qui, elles non plus, n’avaient jamais été délibérément inventées, mais qui s’étaient développées à mesure que ce qui s’avérait utile se trouvait conservé."

Friedrich von Hayek (1899-1992)

"Libéralisme : Système soucieux du respect des sujets de droit et de la liberté d'initiative des individus."

Michel Foucault - Naissance de la biopolitique

Le purgatoire - Jérome Bosch

Il n'y a pas de paradis sur Terre parce que les personnes sont libres de faire le bien, le mal ou ni l'un ni l'autre.
Le libéralisme permet à chacun de chercher le bonheur ou pas, la vertu ou pas, seul ou en s'associant librement.
Ce purgatoire libéral sans objectif collectif peut être angoissant lorsqu'on le compare aux constructions parfaites que proposent les alter-purgatoires.
Mais on ne peut pas construire de société meilleure que les personnes qui la composent.
Et surtout, on ne peut pas construire de société sans limiter sévérement la liberté des personnes qui composent cette société.
Le purgatoire libéral permet aux gentilles personnes de librement faire ce qu'elles considèrent comme juste ou bon.
Ce qui permet éventuellement l'éclosion de sociétés meilleures.
Ce qui ne risque pas de se produire dans les enfers pavés de bonnes intentions des constructivistes.

Tweet
L’ordre spontané dans la nature

On trouve de nombreux exemples d’ordre auto organisé dans la nature.

Par exemple, lorsqu’un banc de sardines s’éparpille à l’approche d’un danger, vu de l’extérieur, on observe des motifs presque géométriques.

En quelques secondes chaque sardine s’éloigne le plus possible des sardines nageant à proximité d’elle pour se regrouper ensuite. A quelques mètres de distance, cela donne un motif organisé et changeant à grande vitesse.

Il s’agit d’un ordre spontané parce qu’aucune sardine n’a conscience ni n’agit avec pour objectif de former ce motif organisé.

Il s’agit d’un ordre spontané parce qu'aucune commission du plan Sardine, ni aucun dictateur Sardine Maximo n’a pensé ce motif vu de haut et l’a imposé.

Si la commission du plan Sardine avait du dicter en temps réel, à chaque milliseconde, la direction de chaque sardine du banc, cela aurait demandé un travail et une collection d’informations considérable pour obtenir un motif moins adapté et surtout plus lent. Et davantage de sardines y auraient laissé leur vie.

Dans cette situation en tout cas, en laissant à chaque sardine des ‘droits’ égaux pour toutes (droit de nager à la vitesse qu’elles souhaitent, droit de s’éloigner ou de se rapprocher des autres sardines etc..) et en laissant faire chaque sardine en fonction de son environnement, on n’a pas obtenu le chaos (comme dans une bonne poelé de sardines fries avec un peu d’ail et une noisette de beurre) ou une société atomisée (des sardines nageant seules et isolées dans l’océan), mais un banc de sardine auto-organisé.

La nature humaine est un peu plus complexe que la nature sardinesque, et la société humaine un milieu assez différent de l’eau de mer, mais l’analogie permet de comprendre le concept de base qui sous tend l’ordre libéral :

Un ordre spontané, c'est-à-dire ni voulu par une autorité supérieure, ni pensé par les acteurs eux-mêmes, peut se créer et présente de nombreux avantages par rapport à un ordre organisé.

"La liberté, laissée à chacun d'utiliser les informations dont il dispose ou son environnement pour poursuivre ses propres desseins, est le seul système qui permette d'assurer la mobilisation la plus optimale possible de l'ensemble des connaissances dispersées dans le corps social."

Friedrich von Hayek (1899-1992)

Des sardines à l'huile bien rangées dans leur boîte

L’ordre spontané n’est pas la seule manière d’organiser un banc de sardine.
Un ordre constructiviste, c'est-à-dire où une autorité supérieure a fixé la place de chaque sardine, existe aussi.
Cet ordre organisé présente de réels avantages : une lutte efficace contre les inégalités, la disparition de la liberté formelle -concept petit bourgeois-, et une barrière solide contre la mondialisation inter banc de sardines.

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral