Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

Le lumiero libéralisme: Richard Cantillon

1727, un petit Ecossais est enlevé par des gitans. Cela ne dure pas longtemps, mais ça va lui porter chance : sans beaucoup d'idées originales, Adam Smith est considéré comme le papa de la science économique moderne.

1734 (ou peut être pas), un vieux financier francophone à la réputation sulfureuse est (peut être) assassiné dans l'incendie (suspect) de sa maison de Londres. Ca dure longtemps et ça va lui porter malchance. Richard Cantillon aurait du être considéré comme le papa de la science économique moderne.

Comme du bon vin, l'oeuvre de Cantillon a trés bien vieilli. Rédigé en 1730 en Français, "Essai sur la nature du commerce en général" pose des concepts fondamentaux de l'économie théorique moderne. De la définition de la valeur à la théorie monétaire, ses idées seront parfois re-utilisées, voir plagiées. Pas assez malheureusement... certains concepts ne seront re-découverts que 150 ans plus tard, trop tard pour empécher le developpement d'une science économique marxiste dont les succès font encore rigoler les habitants de certains pays de l'Est.

Comme du mauvais Whisky, l'oeuvre de Smith a un effet euphorique sur le moment -"La richesse des nations" popularise en effet l'économie libre et la division du travail- dans un monde imprégné de mercantilisme (les alter de l'époque), mais elle donne de méchantes gueules de bois le lendemain (à contrario de Cantillon, A. Smith pave le chemin du concept marxiste de valeur-travail à l'origine de bien des impasses futures.)

Allez pour l'euphorie, deux verres de Whisky Smithien :

- Le marché permet de réguler les méthodes de production au mieux de l’intérêt général. Pire : même en étant égoïstes, les hommes qui produisent et commercent entre eux contribuent à la richesse générale puisqu’ils sont obligés de se mettre au service de leur client.

- La production est en général plus efficace lorsque les personnes sont spécialisées dans une tâche précise (souvent répétitive donc..). Cette dernière partie n’est pas très glamour pour les abonnés du travail à la chaîne qu’il soit manuel ou intellectuel, mais cela va permettre de ne pas mourir de faim (stupéfiant pour l’époque) et aujourd’hui de vivre dans un confort certain.

".../... Smith est loin d'être le fondateur de la science économique, une science qui existait déjà depuis les scholastiques médièvaux et, dans sa forme moderne, depuis Richard Cantillon. [Mais] le problème n'est pas seulement que Adam Smith n'est pas le fondateur de la science économique, le problème est qu'il n'est à l'origine d'aucune idée exacte, et que le peu dont il est à l'origine est inexact. ../... Ainsi non seulement Smith n'a pas seulement contribué à la pensée économique, mais ses ouvrages sont une grave détérioration par rapport à ses prédecesseurs : De Cantillon à Turgot, de son professeur Hutcheson à l'école Scholastique."

M.Rothbard - An austrian perspective on the history of economic thought

"Une main invisible semble les forcer à concourir à la même distribution des choses nécessaires à la vie qui aurait eu lieu si la terre eût été donnée en égale portion à chacun de ses habitants; et ainsi sans en avoir l’intention, sans même le savoir, le riche sert l’intérêt social et la multiplication de l’espèce humaine"

Adam Smith - "La richesse des nations"

Corto Maltese

Adam Smith, c’est un peu le Corto Maltese des penseurs libéraux : il a un lien avec les gitans. Mais Corto Maltese a une vision très mercantile de la richesse : accumuler le plus d’or possible en tuant des gens parfois. A part cette petite habitude désagréable, Corto Maltese est parfaitement libéral. Il fait usage de sa liberté pour voyager dans des contrées exotiques, vagabonder dans des mondes ésotériques. C’est son droit naturel et inaliénable. D’un point de vue libéral, c’est aussi respectable que jeune cadre dynamique dans un fond de pension.

Tweet
Le lumiero libéralisme: L'abbé Sieyes

L’Abbé Sieyès n’a pas vraiment la vocation, mais bon... ses parents le veulent alors il devient ecclésiastique.

Il se vengera en devenant l’un des plus brillants porte-parole du Tiers Etat.

Il sera ainsi l’un des papas de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789. Il a de quoi être fier. Sobre, précise et juste, elle reste inégalée.

Les suivantes, au XX eme siècle, seront altérées sous la pression soviétique par l'ajout d'une série de droits créances (droit au travail, au logement etc..).

Le travail, le logement sont des besoins légitimes (quoique le travail...), mais pour les garantir, il faut limiter les droits fondamentaux justement à l’origine de cette déclaration : liberté, propriété.

Pour garantir un travail, il faut obliger une autre personne à payer pour un travail dont elle ne veut pas ou il faut obliger d'autres personnes à acheter un produit dont elles n'ont pas envie. Pour garantir ce droit il faut donc limiter la liberté d'autres personnes. Ca tombait bien, limiter la liberté était justement la spécialité des Soviétiques.

Le travail et un logement décent sont très importants mais les transformer en droits créances du même niveau que les droits fondamentaux affaiblit ces derniers sans garantir le moins du monde les droits-créances. La différence de niveau de vie entre les deux côtés du rideau de fer en témoigne.

En matière de Déclaration des Droits de l’Homme, rien ne vaut l’unique, la vraie, l’originale, celle de 1789.

Faites vous du bien, prenez une minute pour lire le texte ci-dessous. Si vous avez encore une petite buée d'émotion en arrivant au dernier paragraphe de cet extrait, c'est bon signe.

200 ans après, les dix premiers mots de l'article premier n'ont rien perdu de leur force.

" Les représentants du peuple français, constitués en Assemblée nationale, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d'exposer, dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l'homme, afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.

En conséquence, l'Assemblée nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l'Etre suprême, les droits suivants de l'homme et du citoyen.

Article 1er Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune. "

Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789

Le triangle qui brille en haut de la déclaration, c’est l'oeil de la Raison qui éclaire de ses Lumières la France et la justice.

La France, à gauche, a brisé les chaînes qui maintenaient la monarchie absolue de droit divin.

La justice, à droite, indique avec un sceptre, la source de ses jugements : l’œil de la raison. Avec sa main gauche, elle désigne un texte que l’on a bien fait de graver dans le marbre, il est fait pour durer : la déclaration les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’Homme.

Face à un tel monument, les gros nuages noirs de l’obscurantisme et du despotisme se dispersent pour laisser place à un beau ciel bleu de modernité. On en voit encore quelques uns dans le fond mais on sent bien qu’ils n’en n’ont plus pour longtemps.

On se trompe. 200 ans plus tard, il y a encore de sacrés cumulo-nimbus pour nous gâcher nos journées de printemps.

Portrait de l'Abbé Sieyes
Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral