Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

La banque centrale 9

Des politiques auraient sans doute exigé une politique de relance de la production de bain moussant tandis que d'autres plus prudents auraient expliqué que le savon de Marseille est la clé de la propreté.

Tout cet immense brouhaha n'aurait donné lieu qu'à des injustices, à des crises ponctuées de surplus ou de pénuries et à de mouvements de prix imprévisibles pour le plus grand bénéfice de requins de la savonnerie.

Et comme le sujet a été rendu trop complexe par ces experts en planification, il est naturellement totalement hors de controle démocratique ou individuel.

Heureusement pour notre propreté personnelle et pour nos trajets dans le métro, la production et la distribution de produits d'hygiène n'est pas planifiée et dirigée par une poignée d'experts imposant sa décision à toute la population. C'est le marché libre, c'est-à-dire des dizaines de millions de personne qui imaginent, produisent, consomment, s'adaptent, se concurrencent et estiment en fonction des millions d'informations de leur environnement.

L'Etat a un rôle à jouer pour édicter des lois générales (en gros le respect des contrats), faire fonctionner les tribunaux et éventuellement établir quelques règlementations pour l'information ou la sécurité. C'est tout, mais c'est déjà énorme et très utile.

La monnaie mérite (au moins) autant d'égard que le savon. Dans une société libre, la banque centrale serait abolie et les privilèges des banques privés aussi.
Et les monsieurs sérieux qui aujourd'hui tentent de planifier la monnaie pourraient consacrer leur temps à des choses utiles pour la société.

"Ainsi les limites imposées par le mécanisme de la propriété privée ne fonctionnent plus. La bourse devient une arène de jeux qui transforme l'investisseur en joueur et le placement de son patrimoine, qui était jusque là risqué, en un jeu apparemment sans conséquences. Les joueurs entretenant de bonnes relations avec les autorités monétaires (banques, grande industrie, gouvernements) jouissent d'un accès prioritaire à ces quantités nouvelles de monnaie qui surgissent du néant.

Ils peuvent prendre part au jeu, sans avoir à se casser la tête pour savoir s'ils pourront vendre leurs actions à un cours encore plus élevé qu'ils ne les ont achetées. Aussi longtemps que les autorités monétaires produiront de la monnaie signe nouvelle, il y aura toujours des personnes qui pourront et voudront jouer des sommes plus grandes parce qu'elles anticipent avec confiance une future inflation."

J.G. Hulsmann

"Les banques de détails, engagées comme elles le sont dans la reserve fractionnaire sont en permanence au bord de la faillite. Elles poussent toujours ainsi en faveur de l'intervention de l'Etat et de ses sauvegardes.

Les banques de marché font une grande partie de leurs affaires grace aux emprunts d'Etat ../... Elles poussent alors les Etats aux déficits et forcent les contribuables à payer les dettes du gouvernement."

Wall Street, banks, and American Foreign Policy - Murray Rothbard

méthode d'accodéon facile

Avec la monnaie fiduciaire, la réserve fractionnaire et la banque centrale, la quantité de monnaie ressemble à un accordéon.

La main droite, c'est la banque centrale qui imprime à volonté de la monnaie et fixe les taux d'intérêt directeurs.
La main gauche, ce sont les banques privées qui augmentent la masse monétaire au gré des crédits qu'elles accordent grace à la réserve fractionnaire.

L'accordéon monétaire est donc tenu par deux musiciens différents, parkisoniens et complètement nuls en solfège. Ils s'en moquent : leurs concerts sont monopolistiques et obligatoires.

Ainsi les personnes libres et les entrepreneurs qui ont besoin d'une évolution prévisible et très lente de la quantité de monnaie pour prévoir, investir ou emprunter se retrouvent obliger de subir en permanence des expansions ou des contractions de la masse monétaire parfois violentes et totalement imprévisibles.

Au lieu d'avoir un métronome régulier et doux permettant de prévoir ou d'estimer la quantité de monnaie nécessaire à leurs projets avec une certaine précision, les personnes libres sont obligées de subir une cacophonie destabilisatrice avec de grandes variations d'amplitude.
Le capitalisme n'est pas structurellement cyclique. Des variations dans tel ou tel domaine d'activité peuvent se produire, mais les grandes crises (comme les bulles) sont le résultat de millions de mauvaises décisions d'entrepreneurs obligés de danser sur le rythme irrégulier de ces deux musiciens chaotiques.

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral