Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

La déflation

Les inflationnistes affirment deux choses pour justifier leurs vilaines petites habitudes.

D'une part, sans inflation, les consommateurs auraient tendance à refréner leur consommation indéfiniment puisque chaque jour qui passe rendrait les articles moins chers.
Manifestement les inflationnistes n'ont pas de téléphones portables, d'ordinateurs ou de GPS. Alors comment font-ils pour avoir autant d'influence ?

En fait, ils font comme tous les consommateurs rationnels : lorsqu'ils ont besoin/envie d'un article aujourd'hui, qu'ils peuvent se payer, ils l'achètent. Incroyable. Bien sûr, ils ne vont pas acheter à l'avance des biens dont le prix diminue, mais là aussi c'est ce que font déjà les consommateurs. C'est assez rare de s'acheter un ordinateur et des jeux vidéos un an à l'avance.

D'autre part, selon les inflationnistes, les entrepreneurs ne pourraient plus faire de profits puisque les prix seraient en perpétuelle chute libre.

Voui, sauf que les coûts de l'entrepreneur vont aussi diminuer. Ce qui intéresse l'entrepreneur dans son calcul économique, ce n'est pas tant les recettes. C'est le bénéfice. La différence entre les coûts et les recettes.
Si ces coûts et les recettes diminuent en parallèle pour donner un même bénéfice cela ne change rien à sa décision ou non d'entreprendre. Ce qui les ennuie ce sont les distorsions imprévisibles dues à des décisions politiques ou technocratiques.

L'inflation ne nous protège donc pas d'un désert glacé où les consommateurs ne consommeraient plus et où les producteurs ne produiraient plus. Ce désert n'existe pas. Et il n'a jamais existé. C'est un mythe repoussoir inventé par les inflationnistes.

"L'afflux continu de monnaie fiduciaire rend les puissants et les riches plus puissants et riches que s'ils dépendaient d'échanges volontaires avec de leur co-citoyens. Et parce que cela protège l'élite politique et économique de la compétition venant du reste de la société, l'inflation est un frein à la mobilité sociale. Le riche reste riche plus longtemps et le pauvre reste pauvre plus longtemps qu'il ne le resterait dans une société libre."

JG Hulsmann - Deflation and liberty

un couché de soleil sur la mer

Parmi les cinq phénomènes ci-dessous, il y en a un qui n'est ni naturel ni immuable (et dont on peut très bien se passer).

Saurez-vous deviner lequel ?
a) Les levers de soleil b) La houle des océans c) La hausse des prix continuelle d) Le cycle de la lune e) La course nocturne de l'étoile du berger.
Si vous pensez que l'intrus est la course nocturne de l'étoile, la houle, le soleil ou la lune, vous êtes sans doute un économiste keynésien.

Ce n'est pas grave, c'est parce que vous avez écouté votre prof d'économie au lycée ou à l'université au lieu de draguer la petite mignonne ou le petit mignon assis à côté de vous.

N'ayez pas peur rien n'est perdu : des petites mignonnes et mignons vous en croiserez d'autres, et pour l'économie, il n'est jamais trop tard pour lire des bons économistes : Bastiat, Mises, Hayek et Rothbard.
Pour en revenir à l'intrus, la hausse des prix n'est pas comme le soleil ou la lune, même si nous sommes totalement conditionnés à la considérer comme une évidence.

C'est devenu un dallage invisible naturel. Les prix augmentent parce qu'ils augmentent, c'est comme ça. 1, 2 % parfois plus..
Tous nos réflexes, nos intuitions de consommateurs, de producteurs comme d'investisseurs sont basés sur ce postulat. Les prix augmentent.

Mais si la disparition des levers de soleil serait vite considérée comme une catastrophe, on pourrait facilement se passer d'une hausse continuelle des prix.
Si les prix baissaient, ce qu'ils devraient souvent faire avec une monnaie saine, nous nous habituerions très vite à ce nouvel environnement.
Et nous nous en porterions beaucoup mieux : nous n'aurions plus à payer un impôt à ceux qui encaissent la différence entre la hausse des prix due à l'inflation et la baisse des prix naturelle due à l'augmentation de la productivité.

Les Etats et les banques, les deux grands créateurs de monnaie, sont les deux bénéficiaires de l'inflation. Ils sont bien les seuls.

Tweet
Le certificat de monnaie

Les pièces de bronze ou d'or, c'est bien, c'est joli mais c'est tout de même compliqué à transporter.

Plutôt que de s'amuser à les transporter ou à les cacher chez eux, nos ancêtres inventifs ont eu l'idée de confier les pièces d'or et d'argent à quelqu'un digne de confiance en échange d'un bout de papier certifiant de la possession d'une certaine quantité d'or ou d'argent.

Ce certificat permettant de réclamer sur l'heure la monnaie confiée à ce quelqu'un digne de confiance est un certificat de monnaie.

Lorsque la banque ou le gouvernement est honnête, les certificats de monnaie -un billet ou un chèque- ont le même rôle et les mêmes vertus que la monnaie puisque la monnaie dont ils certifient l'existence -l'or ou l'argent- existe réellement et reste dans un coffre.

Une monnaie saine peut parfaitement circuler sous forme de billets ou de jeux d'écriture comptable.

"Si le débiteur — le gouvernement ou une banque — conserve en regard du volume total des substituts monétaires une réserve à 100 % de monnaie réelle, nous appelons ce substitut monétaire un certificat de monnaie. Chaque certificat de monnaie est — sinon légalement, du moins toujours au sens catallactique — la représentation d'un montant correspondant de monnaie en réserve."

Ludwing Von Mises - Action Humaine

Marco Polo arrivant dans un port chinois - Livre des Merveilles

Marco Polo revient avec un récit enthousiaste pour une invention que les Chinois ont fait au VII ème siècle de notre ère : le billet de banque.

Il faut dire que forcément, sans l'imprimerie, les Européens auraient eu du mal à en faire autant.

Les transactions des Européens se font encore en monnaie sonnante et trébuchante même si quelques cas isolés de 'billets' en cuir ont existé.

En 1112, le Doge Michieli conduit le siège de Tyre pour le compte de Venise. Comme il manque de monnaie pour les payer, ses troupes semblent plutôt prêtes à rentrer à la maison. Pour ne pas rester tout seul face aux remparts ce qui aurait fait rigoler les assiégés, il paie alors ses troupes en morceaux de cuir avec le sceau de sa famille et une promesse de rembourser le montant de retour à la cité laguste. Ca marche.

C'est aux banques italiennes ou hollandaises que revient l'honneur d'avoir diffusé massivement les premiers certificats de monnaie imprimés sur du papier. Il s'agit dans un premier temps de monnaie saine, c'est-à-dire que les certificats représentent bel et bien une quantité d'or réellement existante et stockée dans leurs coffres.

Mais "pas vu, pas pris", ce sont aussi les banques qui ont les premières diffusé de la monnaie fiduciaire, c'est-à-dire des billets stipulant l'existence d'une marchandise dans leur coffre (des pièces d'or) qui n'existe pas et qui n'a jamais existé. Une fraude et une tromperie.

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral