Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

Etape 4 : Droit naturel versus droit positif ?

La loi positive s'appelle ainsi non parce qu'elle met les avocats de bonne humeur le matin, mais parce qu'elle est la loi posée et imposée par les Etats. C'est la loi à laquelle nous avons à faire tous les jours, du code civil au code pénal.

La majorité des partisans du droit naturel reconnaissent et acceptent le rôle de la loi positive... Simplement ils affirment qu'elle ne peut être bonne qu'à condition de se conformer au droit naturel.
Les partisans du droit naturel ne sont donc pas des adversaires des lois positives, ils sont les adversaires des positivistes. Pour les positivistes une loi est légitime à partir du moment où elle se conforme à des règles de cohérence interne et de formalisme ainsi qu'à la légitimité de l'organisation qui l'a posée (un Etat donc).

Pour les partisans du droit naturel, la cohérence est effectivement nécessaire mais elle n'est pas suffisante pour assurer la légitimité d'une loi. Pas davantage que son origine -un Etat-, même démocratique. La démocratie n'est qu'un moyen -le pire à l'exception de tous les autres- d'éviter la profusion de lois illégitimes, mais elle n'est pas une source de légitimité. Les lois racistes de la ségrégation étaient des lois "démocratiques". Une loi est légitime lorsqu'elle est conforme au droit naturel.

Une partie importante de la loi positive est d'ailleurs conforme à cette définition. La Déclaration des Droits de l'Homme de 1789 a une jolie influence.

Actuellement, notre classe politiques étatiste considère avec de plus en plus de légèreté que la loi peut être tout ce que leur imagination fertile invente, c'est-à-dire une longue litanie de commandements à destination des citoyens-sujets.

Au XXème siècle, les totalitarismes ont été les principaux adversaires du droit naturel, au XXIème ce sont les Etats-Nounous qui ont pris le relais avec un enthousiasme inquiétant.

"La loi humaine est portée par la multitude des hommes, et la plupart d'entre eux ne sont pas parfaits en vertu. C'est pourquoi la loi humaine n'interdit pas tous les vices dont les hommes vertueux s'abstiennent, mais seulement les plus graves, dont il est possible à la majeure partie des gens de s'abstenir ; et surtout ceux qui nuisent à autrui."

Thomas d'Aquin

" Des normes qui prescrivent un comportement humain ne peuvent provenir que de la volonté.
Et cette volonté ne peut être qu'une volonté humaine si nous excluons des spéculations métaphysiques; La raison humaine peut comprendre et décrire ; elle ne peut pas prescrire."

Hans Kelsen (Théoricien du positivisme)

Désormais, pour se tenir par la main, il faut le certificat 4298T prouvant qu'elles sont bien lavées. Ridicule, c'est compliqué et on en a jamais eu besoin ! et de toute manière on est des adultes, on peut décider nous même ! ta, ta, ta l'étude des fabricant de savon montre que c'est indispensable

La bonne loi est une loi conforme au droit naturel. C'est-à-dire des règles universelles permettant à chacun de savoir ce qu’il peut faire ou ne pas faire pour respecter ses obligations vis-à-vis des autres.

Une bonne loi, c’est comme le code de la route. Cela permet à chacun de savoir ce qu’il doit faire pour éviter un accident mais cela ne préjuge pas de la destination, de l’heure de départ de chacun ou des objectifs personnels que chacun poursuit en circulant.
C’est un ensemble de règles cohérentes entre elles qui permettent de gérer un nombre inouï de situations, de relations différentes sur des dizaines de milliers de km de route, qui permet de déterminer les torts en cas d'accident. Cela concerne des personnes adultes, égales en droit et responsables.

La mauvaise loi, c’est un commandement. Un ordre. Une instruction applicable à une situation donnée et précise. C’est « il faut aller à tel endroit, à telle heure. ». Cela implique un chef responsable qui décide et pense pour des subalternes obéissants.

La mauvaise loi, c'est une loi qui viole l'égalité. Par exemple : les voitures blanches doivent céder la priorité aux voitures vertes.

Nous vivons actuellement dans une forêt de mauvaises lois, une jungle dense de commandements infantilisants, précis et contradictoires, des épaisses couches technocratiques et autoritaires « met ton détecteur de fumée, arrête de boire, ne pense pas ça, échange ceci contre ça et pas autre chose, les femmes doivent avoir 40% de tel poste et les noirs 10%, cotise à telle sécu, subventionne telle radio d'Etat, n'achète pas de la viande d'Argentine ».

Au milieu de cette végétation griffue, l’idée de Justice entre hommes égaux, libres et responsables a complètement disparue.

C'est le triomphe des commandements sur le Droit.

Ce n’est pas une nouvelle batterie de lois qu’un gouvernement soucieux de la justice devrait promettre. C’est du désherbant.

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral