Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

La fusée droit naturel

Les partisans du droit naturel pensent donc :

Etage 1) La raison est un outil capable de connaître des propositions universellement vraies. Cela ne veut pas dire que tout le monde, tout le temps accède à des propositions universellement vraies... c’est même plutôt le contraire, la raison n'étant pas infaillible ni répartie également... Cela veut dire que cette tentative est possible.

Etage 2) Non seulement la raison peut connaître des trucs vrais, mais en plus ça tombe bien, il y a des trucs vrais à connaître, en particulier sur la nature de l’Homme. Et sur la loi naturelle, c'est-à-dire un ordre intemporel et universel souhaitable et conforme à la nature de l'Homme. Par exemple (je dis -presque- n'importe quoi) "la nature de l'Homme est d'éviter la mort violente"; "La nature de l'Homme est de vivre en société."

Etage 3) On peut déduire de cette loi naturelle ou de la nature de l'Homme un certain nombre de droits naturels de l'Homme. (Droit à la sécurité, droit à la propriété)

Etage 4) A partir de cette connaissance, même approximative, même à affiner, des jugements permettent de régler les conflits au cas par cas. De cette infinité de jugements émerge un droit naturel qui peut être variable selon les cultures ou les époques mais qui respecte la loi naturelle, c'est-à-dire qui respecte l'autonomie de l'individu tout en lui permettant de vivre en société. Par exemple "Puisque l'Homme a droit à la sécurité, alors il est interdit rouler sur un individu avec un 4*4" ou "Puisque l'Homme a droit à la sécurité, il est interdit de marcher sur un individu avec un chameau".

Etage 5) La dernière "couche", étant donc la loi posée par les Etats. La loi posée par les Etats, loi positive, doit se conformer au Droit Naturel pour être une loi juste.

Il y a donc cinq étages. Les débats qui ont eu lieu à chaque étage de ce raisonnement remplissent des bibliothèques entières... Et ils vont probablement encore remplir des TetraOctets de mémoire optique quantique tetradimensionnelle en silicium jupiternien dans les prochains siècles.

"Toute doctrine du droit naturel prétend que les fondements de la justice sont accessibles à l'homme en tant que tel.
C'est donc supposer que cette vérité fondamentale peut être accessible."

Leo Strauss - Droit naturel et histoire

"La rationalité est la vertu fondatrice de l’homme, la source de toutes ses autres vertus. Le vice fondamental de l’homme, la source de tous ses maux, est l’acte de ne pas concentrer son esprit, de « suspendre » sa conscience, c’est-à-dire non d’être aveugle, mais de refuser de voir ; non d’être ignorant, mais de refuser de savoir. L’irrationnalité est le rejet du moyen de survie de l’homme, et, par conséquent, un engagement dans la voie de l’autodestruction. Ce qui est contre l’esprit est contre la vie."

Ayn Rand - L'Objectivisme

Au menu, loi naturelle à la sauce classique, droit naturel et son jus libéral, état de nature flambé au contractualisme, droit naturel moderne en verrine, boisson : une carafe d'eau et son tube d'aspirine

Les termes : droit naturel, loi naturelle, Droits naturels, état de nature, nature humaine ont été utilisés pendant plus de 2500 ans... Du temps pour changer de définition selon les périodes, les auteurs… et les commentateurs des auteurs selon les périodes et les commentateurs des commentateurs selon... Ca en fait des combinaisons possibles.
Grosso modo, il y a :

Loi naturelle : historiquement, on commence par là. Les Grecs classiques expliquent qu'une société doit tendre vers un ordre souhaitable et naturel : des sages vivants en harmonie cherchant la vertu.

Droit naturel : règles qui permettent de respecter cette loi naturelle. En gros, les multiples déclinaisons sur les milliers de situations d'une vie en société : ne pas tuer, ne pas voler, rendre à chacun ce qui lui est du, respecter sa parole... Cette ensemble de règles porte aussi le doux nom de jusnaturalis de l'Empire Romain jusqu'au siècle des Lumières.

Etat de nature : état fictif dans lesquels les hommes vivaient avant l'apparition de l'Etat. Cet outil conceptuel utilisé surtout à partir du siècle des Lumières pour éclairer les raisons de l'existence de l'Etat (Hobbes, Locke, Rousseau) : les tares présumées de cette situation fictive justifiant le contrat social à l'origine de l'Etat.

Droits naturels (à ne pas confondre avec le droit naturel). Idée marketing de génie, les droits c'est plus sympa que les obligations. Les philosophes des Lumières (libéraux) font basculer explicitement la source du droit naturel, non pas dans les relations entre individus mais dans des droits attachés à chaque à l'individu lui-même.

Ce changement est vu par certains partisans du droit naturel classique comme un basculement regrettable et inutile… La porte ouverte aux droits créances, à l'individualisme forcené...

Pour beaucoup de libéraux, il s'agit d'une évolution, commencée dès Thomas d'Aquin, sans doute même dès l'Empire Romain et Cicéron. Une évolution souhaitable et utile de surcroit. Une base plus solide et plus universelle qu'une loi naturelle.

Tweet
Adversaires du droit naturel.

Le droit naturel a de nombreux adversaires.
D'abord les utilitaristes, (y compris libéraux comme Bentham ou Mill) pour qui la qualité des institutions doit se juger à leur utilité (et non à leur respect de la justice).

Et l'utilité pour les êtres humains, c'est le bien être.

Le problème c'est que l'utilité d'un serial killer n'est pas la même que celle d'un altruiste. Et sans réflexion sur ce qui est juste en dehors de toute utilité, on voit mal pourquoi favoriser l'un plutôt que l'autre. D'autant que c'est impossible à quantifier (Mettez sur une échelle de 1 à 10 le plaisir ressenti par le serial killer avec le plaisir ressenti par l'altruiste...) Et que cela se complexifie encore lorsqu'il s'agit de trouver une utilité moyenne (Sur une île, dix sadiques ont plus de plaisir que le déplaisir de trois victimes, donc la torture doit être légale, elle maximise le bien être dans la société. C'est la vie bonne !)
L'utilitarisme, malgré de nombreuses tentatives sophistiquées pour échapper à certaines de ses conséquences, revient à son point de départ : sans une réflexion sur ce qui est juste, l'utilité est parfaitement compatible avec des sociétés cauchemardesques.

L'autre grand mouvement hostile au droit naturel est le scepticisme dont la branche comtemporaine, le postmodernisme, est la plus influente.
Pour les postmodernes, la raison est incapable d'arriver à une idée de la justice universelle, il n'y a que des justices particulières, selon les cultures, les ethnies, les sexes, les classes sociales etc… Justices incompatibles, cherchant à se dominer les unes, les autres. La modernité, l'idée d'une raison universelle ne sont selon eux que les caractéristiques d'une culture -occidentale, bourgeoise, blanche etc..- ayant malheureusement dominée toutes les autres.

Cela donne le fameux politiquement correct et toutes ses joyeusetés.

Ces discours sont aujourd'hui ultradominants, même si dans les faits nous vivons encore en partie sur l'héritage du droit naturel et des Lumières -en oubliant ce que nous leur devons-.

"Une autre critique fréquente est que les théoriciens de la loi naturelle ne sont pas d’accord entre eux et qu’il faudrait par conséquent rejeter toutes leurs théories. C’est une critique particulièrement mal venue quand, comme c’est souvent le cas, elle est le fait d’économistes utilitaristes. En effet, s’il est une science controversée, c’est bien l’économie politique et pourtant, cela ne conduit que peu de gens à réclamer qu’on la jette toute entière au panier. De plus, le fait qu’il existe des divergences d’opinions n’est pas une raison suffisante pour rejeter toutes les opinions en cause ; l’attitude responsable consiste à se servir de sa raison pour examiner les diverses thèses et se faire sa propre opinion. On ne peut pas dire a priori : “il n’y en a pas une pour racheter l’autre”. L’existence de la raison humaine n’implique pas que l’erreur soit impossible."

Murray Rothbard - L'Ethique de la liberté

Chez la voyante, la pensée magique vaut la raison, c'est juste une question de culture... merci pour cette sagesse surnaturelle. Je vois doit combien ? Le Maximum: si c'est utile pour moi, c'est juste.

La loi naturelle n’est pas un corpus fermé, gravé dans le marbre. C’est un périmètre de recherche en évolution constante, avec certaines zones désormais stables et consensuelles, et d’autres parties fracturées par des positions visiblement irréconciliables.

Comme dans d’autres champs de recherche, les légalistes ou les philosophes du droit naturel n’ont pas la prétention d’avoir atteint une vision définitive de ce qu’est la loi naturelle de l’homme et de ce qui en découle.

Ils tentent encore et encore de discerner les bonnes procédures, les axiomes ou les observations sur la nature de l’Homme, sur les droits (et/ou les devoirs) qui en découlent, et les institutions qui permettent de protéger ces droits.

Le résultat est davantage un tableau pointilliste d’où émergent certaines tendances qu’une table des lois en 40 paragraphes définitifs.

Ce joyeux désordre fait beaucoup ricaner les adversaires du droit naturel, les utilitaristes, les sceptiques, les postmodernistes… « Voyez, vous dites qu’il y a une loi naturelle et vous n’êtes même pas capables entre vous d’en figer une vision. »

Le fait que plusieurs théories s’opposent sur plusieurs points se retrouve dans de nombreux domaines : l’astronomie, la biologie, les mathématiques, les sciences humaines… cela ne veut pas dire qu’aucune vision n’est la bonne, ni surtout que les étoiles ou les cellules n’existent pas. Ce n’est pas parce que certains affirment que 2+2 = 5 que 2+2 n’égale pas 4, ni que cela ne vaut pas la peine de chercher.

D’autant que les objections des ricaneurs sont truffées d’incohérences ou de désaccords.

Entre partisans du droit naturel et opposants, rira bien qui rira le dernier.

Bienvenu dans le grand cirque des partisans et adversaires du droit naturel, avec ses clowns de la pensée, ses magiciens de la logique, ses contorsionnistes métaphysiques, ses tueurs de syllogismes, ses trapézistes en haute voltige conceptuelle, ses dompteurs d’idées sauvages…

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral