Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

Etape 2 : Individualité

Nous sommes seuls dans notre tête (si vous entendez des petites voix en plus de votre monologue intérieur, il va falloir être fort : ce n’est pas Elvis qui vous parle. Vous avez juste oublié de prendre vos petites pilules ce matin).

Seuls les individus, et non pas les groupes, ressentent les émotions. Certes la victoire de onze sportifs courant derrière une baballe peut mettre en transe un grand nombre d’individus à la fois, mais il n’y a pas d’entité « Groupe de supporteurs » qui ressentirait une émotion de manière distincte des individus. Seul un individu aime, compatit, envie, jalouse ou déteste.

Seuls les individus peuvent expérimenter, aimer, raisonner. Nous ne pouvons bien sûr pas fusionner nos corps (une grosse dizaine de centimètres les soirs de tendresse, cela reste une fusion superficielle), ni nos esprits, pas possible que nos esprits se retrouvent tous ensemble dans un plasma humanoïde entourant la planète Terre, même en sautillant très haut après avoir avalé des champignons mexicains.

Il n’est bien sûr pas possible de diviser en deux ou trois un seul corps ou esprit (pas de mini-moi 1, mini-moi 2 etc..).

Nous sommes donc nés individus et restons individus toute notre vie.
Cette évidence fait beaucoup de peine à tous ceux qui veulent surplomber l'humanité en un coup d'œil puis avec cette belle terre glaise sociétale faire des sociétés qui leur plaisent.

C'est d'autant plus surprenant que les individus qui veulent faire de la poterie avec l'humanité ont en général une conscience aiguë de leur propre individualité, voire de leur égo surdimensionné qu'ils aiment bien voir affiché en 4 m * 3 m dans la rue ou sur les plateaux TV.

"J'ai distingué la propriété intérieure et la propriété extérieure. La première consiste dans le droit que possède tout homme de disposer librement de ses facultés physiques, morales et intellectuelles, comme aussi du corps qui leur sert à la fois d'enveloppe et d'instrument ; la seconde réside dans le droit que conserve l'homme sur la portion de ses facultés, qu'il a jugé à propos de séparer de lui-même et d'appliquer aux objets extérieurs."

Gustave de Molinari - Les soirées de la gare Saint Lazare

"La morale dont je vous parle, celle qui se fonde sur la raison, se résume à un seul axiome: l’existence existe; et à un seul choix: la vie. Tout le reste en découle. Pour vivre, l’homme doit tenir trois valeurs en haute estime: La raison, l’intentionnalité et l’estime de soi.
La raison, comme son seul moyen de connaissance; l’intentionnalité, comme son choix en faveur du bonheur que ce moyen doit lui permettre d’atteindre; l’estime de soi, comme la certitude inébranlable que son esprit est capable de penser et qu’il est digne d’être heureux, ce qui signifie: digne de vivre. Ces trois valeurs sont la base de toutes les vertus humaines, qui sont elles-mêmes liées à l’existence et à la conscience. Ces vertus sont la rationalité, l’indépendance, l’intégrité, l’honnêteté, la justice, la productivité et la fierté."

Ayn Rand - Atlas Shrugged

au cours de dance, le professeur: tu es un millepatte humain, les petites danseuses : tu es un imbécile je suis un individu, paf dans les dents, sale collectiviste, ras le bol des communistes !

Ayn Rand, en matière de chieuse flippée obtiendrait sans doute un 20 sur 20, voire un 21/20.

Dieu merci, pour connaître sa pensée, nous ne sommes pas obligés de la fréquenter, d'autant qu'elle est morte depuis 20 ans, nous n'avons qu'à lire ses gros livres.
Elle y développe l'exaltation de l'individu moderne, poursuivant avec détermination des objectifs qui lui sont propres, dans l'incompréhension et la jalousie des médiocres, arrivistes cupides ou collectivistes manipulateurs.

Le tout fondé sur sa philosophie à elle, et rien qu'à elle, l'objectivisme, où elle réfute des petits joueurs comme Emmanuel Kant (pour ses critiques de la raison) ou David Hume (pour sa distinction entre faits et valeurs) en quelques phrases. On est génial ou on l'est pas.

Car Ayn Rand aime par dessus tout la raison, pardon la Raison, ou plutôt la RAISON.

Et elle n'aime pas tout ce qui ne vient pas de la raison ou qui s'attaque à la raison.
Cette mise en avant de la raison pour parvenir à une éthique personnelle individualiste doublée d'une défense résolue du système libéral ne pouvait pas laisser insensibles les gros garçons et filles sentimentaux -pardon raisonnables- que sont les libéraux. Certains d'ailleurs, de sentimentaux sont passés à vrais groupies, sectaires, exclusifs et obsessionnels.

Mais les piaillements des midinettes de ses groupies comme le côté Monsieur Spock sévère d'Ayn Rand ne doivent pas faire oublier certaines pages exceptionnelles de ses romans. Des plaidoiries taillées au diamant contre le collectivisme contemporain, posant de manière ferme et sobre les principes moraux d'une personne libre voulant mener sa vie et agir selon ses choix, sans violer les droits naturels des autres.

Tweet
Etape 2 : La raison et le langage.

Troisième constatation sur la nature humaine :
Nous sommes dotés de la raison et du langage. Même si en ce qui concerne la raison, cela ne saute pas aux yeux pour tout le monde.

Ceci n'est pas un petit détail. Cela nous distingue de nos amies les bêtes.

La loi naturelle humaine, ce n'est pas la loi du plus fort, ce n'est pas la loi de la jungle, parce que les Hommes ne sont pas des bêtes : ils possèdent la raison et le langage pour argumenter au lieu de tuer, pour réfléchir au lieu de suivre leur instinct.

Les Hommes ne sont pas des bêtes, ils sont beaucoup plus que des bêtes. Pourquoi après quelques decennies de nihilisme deep écolo machin truc, cette évidence semble presque incongrue ?

"Il est évident que l’homme est un animal politique plus que n’importe quelle abeille et que n’importe quel animal grégaire. Car, comme nous le disons, la nature ne fait rien en vain ; or seul parmi les animaux l’homme a un langage. Certes la voix est le signe du douloureux et de l’agréable, aussi la rencontre-t-on chez les animaux ; leur nature, en effet, est parvenue jusqu’au point d’éprouver la sensation du douloureux et de l’agréable et de se les signifier mutuellement.
Mais le langage existe en vue de manifester l’avantageux et le nuisible, et par suite aussi le juste et l’injuste. Il n’y a en effet qu’une chose qui soit propre aux hommes par rapport aux autres animaux : le fait que seuls ils aient la perception du bien, du mal, du juste, de l’injuste et des autres notions de ce genre. Or avoir de telles notions en commun c’est ce qui fait une famille et une cité."

Aristote - Les Politiques

un nageur dans une marre à crocodile : Je ne suis pas une bête. La loi de la jungle n'est pas conforme à ma nature car je suis doté de la raison et du langage

Aristote (384-322) est l’un des trois mousquetaires de la philosophie classique.

Pour Aristote, la raison est un bon instrument pour comprendre le monde, connaître la justice et les lois naturelles. Exit donc la tradition ancestrale qui doit passer au gril de la raison comme les autres, et exit aussi les émotions souvent trompeuses (autant dire que ces vieux snocks de Grecs auraient du mal avec le journal TV du soir ou les campagnes électorales...)

Ca tombe bien, de la raison, Aristote en a un gros paquet, ce qui lui permet de déterminer que :

Le premier rugissement du moteur de la raison appliqué à la Nature Humaine a un petit côté moteur Diesel un matin d’hiver : y’a des ratés bruyants.

Mais bon, en même temps, c’est pas une mobylette qui démarre. C’est un énorme truck conceptuel qui va structurer (et tirer ?) la civilisation occidentale pendant 2500 ans, on peut pardonner certains hoquets à froid.

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral