Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

L'inflation

On n'utilise pas les mêmes mots pour désigner l'alcool et la gueule de bois.

A juste titre, l'alcool est la cause de la gueule de bois. Utiliser les mêmes mots pour désigner la cause et l'effet, ça n'aide pas pour poser le problème (et le résoudre).

On n'utilise pas les mêmes mots pour désigner le soleil et le coup de soleil.
A juste titre, le soleil est la cause du coup de soleil. Utiliser les mêmes mots pour désigner la cause et l'effet, ça n'aide pas pour poser le problème (et le résoudre).

Par contre, on utilise le même mot pour l'inflation et la hausse générale des prix. On utilise le même mot pour la cause (l'inflation.. c'est à dire l'inflation de la masse monétaire) et l'effet (la hausse générale des prix)
Et ça n'aide pas à poser le problème et donc à le résoudre.

En ne distinguant pas les deux termes, la cause et l'effet, les étatistes en mal de clientèle électorale prétendent combattre l'inflation.
Ils se contentent en général de combattre n'importe comment l'augmentation naturelle de certains articles (prix fixés, subventions) tout en décuplant activement l'inflation venant des banques et bien sûr de l'Etat.

Et cette inflation provoque en retour une hausse générale des prix.
Prétendre éteindre un incendie en arrosant les flammes avec de l'essence tout en criant pinponpinpon pour avoir l'air d'un pompier, les étatistes sont vraiment rigolos. Si les brûlures ne faisaient pas aussi mal, on rirait de bon cœur.

"Tout d'abord, il n'y a plus de terme disponible pour signifier ce que le mot inflation signifiait jadis. Il est impossible de combattre une politique que vous ne pouvez nommer.

Hommes d'État et écrivains n'ont plus la possibilité de recourir à une terminologie acceptée et comprise par le public, lorsqu'ils veulent mettre en question le bien-fondé de l'émission d'énormes quantités supplémentaires de monnaie. Il leur faut entrer dans une analyse détaillée et décrire cette politique avec tous ses caractères et des comptes méticuleux ; et ils doivent répéter ce processus lassant à chaque étape de leur discussion du problème. Comme cette politique n'a pas de nom, l'on pense qu'il n'y a là rien à analyser, mais un fait pur et simple. Elle s'épanouit sans entraves.

Le second méfait est que ceux qui s'engagent dans des tentatives naïves et sans espoir pour combattre les inévitables conséquences de l'inflation — les prix en hausse — déguisent leur entreprise en l'appelant lutte contre l'inflation. Alors qu'ils ne font que combattre des symptômes, ils prétendent combattre les racines du mal. Parce qu'ils ne comprennent pas les relations ` causales entre l'accroissement de la quantité de monnaie d'une part, et la hausse des prix de l'autre, ils aggravent pratiquement les choses."

Ludwig Von Mises - Action Humaine

trombone à coulisse

(Pour illustrer cet exemple, j'ai mis un trombone avec un seul "n" parceque c'est plus joli, mais sur l'île de Steak-Frite, ils utilisent les (petits) trombonnes avec deux "n".)

Sur île de Steak Frite-Beaujolais, grâce à une monnaie saine -le trombonne-, l'économie se porte bien. Elle s'est developpée et on peut désormais accompagner son steak avec des frites et un pichet de beaujolais.

Malheureusement, parmi les naufragés se terre un ancien faux-monayeur.
Et fatigué d'abîmer ses mains pour les vendanges, ce fourbe décide d'utiliser son art maléfique pour des profits indus.

Avec patience et minutie, il fond ses économies de 10 trombonnes pour en fabriquer 11. Les 11 trombonnes sont certes plus petits que les 10 originaux, mais cela ne voit pas sans un examen attentif.

Puis discrètement, cet habile criminel échange "ni vu ni connu" ses onze trombonnes frelatés contre onze vrais trombonnes dans les poches d'honnêtes citoyens. Il refond alors ces onze trombonnes authentiques pour en fabriquer 12.
Il renouvelle plusieurs fois sa sinistre besogne augmentant ainsi de 10% son pouvoir d'achat.

Au bout d'un certain temps, comme la masse trombonnaire de l'île a augmenté, les prix augmentent (surtout celui des frites parce que le faux monnayeur aime beaucoup les frites).

La création de trombonnes dans un point précis de l'économie de l'île a donc plusieurs conséquences:
Une redistribution des richesses : le faux monnayeur a davantage de frites que ses honnêtes voisins.
Une augmentation générale des prix. Plus de trombonnes, autant de biens, donc les prix des biens augmentent.

Heureusement ces deux fléaux sont vite repérés par un économiste de l'Ecole autrichienne naufragé lui-aussi (quelle bénédiction, les naufragés auraient pu se retrouver avec un économiste keynésien). Le coupable est alors recherché puis identifié.

Pour ce genre de crime la vengeance du peuple de l'Ile est expéditive, c'est la peine capitale sans procès : la tache la plus ingrate de l'île, l'épluchage des patates.

Tweet
L'inflation 2

Avec une monnaie saine, les prix augmentent en général pour une seule raison : la demande des biens concernés a augmenté ou leur offre a diminué. Le pétrole peut par exemple augmenter, parce qu'il y a moins de pétrole ou parce qu'il y a davantage de consommateurs de pétrole.

Cette augmentation des prix est alors :

-morale (aucune violation de la liberté ou de la propriété des personnes)

-efficiente (la richesse globale se porte mieux si les ressources rares sont identifiées comme telles et utilisées avec parcimonie).

-limitée (il ne s'agit que des articles ou services concernés par cette augmentation de la demande).

- temporaire (l'augmentation du prix entraîne à moyen terme une diminution de la demande (autres technologies, biens substituées au bien dont le prix augmente) ou une augmentation de l'offre (davantage de producteurs sur ce marché, gains de productivité).

"L'inflation ne confère, alors, aucun bénéfice social général; plutôt, elle redistribue la richesse en faveur des premiers arrivants et aux dépens des derniers de la course. L'inflation est, en effet, une course - pour voir qui peut acquèrir la nouvelle monnaie en premier."

Rothbard - La monnaie et le gouvernement

Asterix et le chaudron

54 après JC, l'empereur Néron n'a plus les moyens de payer du pain et des jeux aux Romains.

Heureusement il a une idée originale et qui marche à tous les coups : diluer la monnaie en diminuant la quantité de métaux précieux contenu dans chaque pièce.
C'est bien dommage, le système monétaire romain, qui n'avait jamais été un modèle de stabilité, jouissait pourtant depuis 75 ans de trois pièces de référence avec des taux de métaux précieux constants.
L'empereur Auguste avait en effet fixé le poids et s'y était tenu comme son successeur. Il y a la pièce en or (l'Aureus), la pièce d'argent (le denarius) et une pièce de bronze (le fameux sesterce que les lecteurs d'une BD gauloise connaissent déjà).

Néron commence par diminuer de 12% le poids en or de l'Aureus, les empereurs qui suivent feront pareil ou pire.
Les conséquences de ce chaos monétaire sont connues, une hausse des prix importante, une crise de confiance dans la monnaie ralentissant les échanges ainsi qu'une désorganisation du système productif réagissant à des prix déformés par l'arrivée de fausse monnaie.

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral