Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

L'inflation 3

Avec une monnaie malsaine, c'est-à-dire diluée par l'Etat ou les banques, le prix de tous les biens augmente en même temps -sans relation avec l'offre ou la demande des biens-. Les tomates et les livres de poche augmentent alors même qu'il y a autant de tomates et de livres de poche et que les consommateurs ne sont pas plus nombreux à en vouloir.

Cette augmentation des prix est alors :

-immorale (violation de la propriété par dilution de la monnaie existante)

-liberticide (la création de monnaie est souvent un privilège monopolistique de l'Etat et des banques)

-générale (l'inflation monétaire provoque l'augmentation d'une grande partie des marchandises.)

-inefficiente (imprimer de la monnaie n'a jamais créé de richesses réelles)

-destructrice de richesses (crise économique violente).

Les étatistes inflationnistes combattent en général bruyamment les hausses de prix naturelles et efficientes tout en organisant les hausses des prix générales, immorales et destructrices de richesse.

"Même les citoyens ayant la connaissance, le temps et la chance de protéger leur épargne [de l'inflation] ne peuvent pas éviter les conséquences néfastes de l'inflation car ils doivent adopter des habitudes contraires à la morale et à la vie spirituelle.

L'inflation les force à consacrer beaucoup plus de temps à penser à leur argent qu'ils n'auraient été obligés de le faire en l'absence d'inflation. ../.. Cela les oblige à être très attentifs à leur argent durant toute leur vie.../.. La perte spirituelle des styles de vie induit par l'inflation est évidente. L'inflation rend la société matérialiste. De plus en plus de gens se concentrent sur les revenus monétaires aux dépens d'autres éléments importants pour une vie personnelle heureuse."

J.G. Hullsmann - The ethic of money production - 2007

affiche du film La chute de l'empire romain

Et les remèdes de nos étatistes en jupette nous rappellent très exactement les remèdes des étatistes en costume cravate. A partir du troisième siècle après JC c'est une véritable feu d'artifice :

Diocletian (301 après JC) lutte contre la hausse des prix qu'il a lui-même provoqué en fixant par décret les prix d'une immense partie des marchandises et en punissant de mort les commerçants ne s'y pliant pas. C'est une catastrophe.

Il y aura ensuite en vrac : l'obligation des commerçants de garder leur activité (ces derniers tentant de se concentrer sur des activités moins exposées aux désordres monétaires), une avalanche de taxes avec des bureaucrates chargés justement de collecter ces taxes, des paysans fixés par la loi à leur terre par décret (mais obligés de vendre cette dernière pour payer leur taxes, ils se retrouvent fixés à une terre qui n'est plus la leur, initiant la pratique féodale du servage.)

Les causes de l'effondrement de l'Empire Romain sont multiples mais l'asphyxie progressive de l'économie intérieure et le ralentissement des échanges dus à une monnaie manipulée dans tous les sens sont une lame de fond qui a appauvrit Rome bien plus que les querelles de familles.

Avec en bonus le fait que les barbares ont souvent surtout été vu par les populations envahies comme des libérateurs de la bureaucratie romaine et de ses taxes écrasantes. Les vilains barbares ont ainsi pu mettre à genoux un empire vieux de mille ans sans rencontrer de résistances locales fortes.

Cela ne sera pas la dernière fois que les manipulations monétaires auront des conséquences politiques colossales. Une histoire des boomerangs monétaires terrassant discrètement mais sûrement les monarques, les dynasties ou les gouvernements inconséquents est encore à écrire. En plusieurs volumes.

Tweet
L'inflation 4

L'inflation et la guerre ont longtemps marché main dans la main.

Faire la guerre, cela coûte cher. Tellement cher que les impôts pour la financer risqueraient de provoquer une révolte immédiate des contribuables. Et on serait obligé d'arrêter de faire la guerre après quelques escarmouches, en ratant le meilleur.

Pour éviter cette grosse déception, les princes ou les gouvernements ont souvent utilisé un prélèvement beaucoup plus sournois pour acheter des armes ou des mercenaires : la dilution de la monnaie.

A l'époque où la monnaie était forcement en métal précieux, cette opération était un peu compliquée.
Il fallait fondre les anciennes pièces puis en reforger des nouvelles avec moins de métal précieux (et davantage d'un métal commun).

Cette difficulté n'a naturellement pas beaucoup freiné les despotes et les empereurs : il n'existe guère de monnaie métallique dont le poids est resté stable à travers les siècles.
Entre 1066 et 1561, le pound en argent a perdu 1/3 de son poids métal précieux. Soit 0,066% d'inflation par an.

A l'arrivée des rois Chrétiens en Espagne au XII ème siècle, le dinar pesait 60 grains d'or. Un siècle plus tard, il ne vaut plus que 14 grains. Cela parait impressionnant mais cela ne fait "que" 0,76% d'inflation par an.

Soit beaucoup, beaucoup moins que ce que nous connaissons aujourd'hui.

"L'invention du papier et de l'imprimerie ont donné aux gouvernements entreprenants, toujours à la recherche de nouvelles sources de revenus, un sésame sans limite pour une source inimaginable de richesse. Les rois s'étaient depuis longtemps octroyé le monopole pour frapper des pièces dans leur royaume, déclarant ce monopole crucial pour leur souveraineté, et chargeant des droits de seigneuriages élevés.
Mais c'était des petits jeux, et les dilutions occasionnelles de monnaie n'étaient pas assez rapides pour le besoin insatiable de revenus royaux. Mais si le roi pouvait obtenir le monopole pour imprimer des tickets en papier et les appeler ""Equivalent d'une pièce d'or"", il y avait un potentiel illimité pour s'enrichir."

Rothbard - The mystery of banking

"Nous tenons pour nécessaire que les échanges internationaux s'établissent, comme c'était le cas avant les grands malheurs du monde, sur une base monètaire indiscutable et qui ne porte la marque d'aucun pays en particulier. Quelle base ? En vérité, on ne voit pas qu'à cet égard il puisse y avoir de critère, d'étalon, autres que l'or. Eh oui l'or, qui ne change pas de nature, qui se met, indiffèrement, en barres, en lingots ou en pièces, qui n'a pas de nationalité, qui est tenu eternellement et universellement comme la valeur inaltérable et fiduciaire par excellence !"

Charles de Gaulle

?

Le bon roi Philippe III, roi d'Espagne a des problèmes. Les caisses de l'Etat sont plus que vides.

Pour sortir de cette situation, il a une idée originale et qui marche à tous les coups: diluer la monnaie en refondant toutes les pièces de cuivre du royaume. Avec une pièce de cuivre, il en fait trois. C'est magique.
Le résultat ne se fait pas attendre, l'inflation décuple dans le grand royaume d'Espagne.

Ca ne plait pas du tout à Juan de Mariana, Jésuite appartement à l'Ecole de Salamanque.
En 1609 ce dernier dénonce dans son traité "De Monetae Mutatione" les pratiques du souverain d'Espagne comme une taxe cachée inacceptable qui devrait mériter l'excommunication du roi.

La propriété des sujets du roi n'appartient pas au roi, elle appartient aux sujets.

La dilution de monnaie c'est donc d'abord le vol du peuple par Philippe III. Et c'est aussi une grave attaque contre le commerce source de prospérité.

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral