Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

L'inflation 5

Les fraudes des siècles précedent ont l'air totalement insignifiantes par rapport à l'industrialisation de la fraude monétaire aujourd'hui. Le système officiel lui même a rendu légal et obligatoire ce qui devrait être illégal et combattu.

En effet c'est dans les 100 dernières années que la monnaie est devenue chaotique dans des proportions inimaginables aux siècles précédents.

Entre les guerres mondiales et leurs conséquences, les innovations technologiques permettant de complètement dématérialiser la monnaie et des théories économiques parant de toutes les vertus l'inflation monétaire, nous vivons dans un système monétaire qui ferait ressembler la centrale de Tchernobyl avant l'explosion à un modèle de fiabilité, de stabilité et de transparence.

Avec deux différences toutefois :
-Contrairement aux nuages radioactifs, les nuages monétaires malsains ne s'arrêtent pas aux frontières.

-Et contrairement au nucléaire, il n'y a pas encore eu de Tchernobyl monétaire. Euuh, à la reflexion, depuis 2008 on peut oublier la deuxième différence.

"L'intervention de l'Etat dans la monnaie a donné au monde des tyrannies sans précédent; mais elle a surtout amené le chaos au lieu de l'ordre.
Le commerce international paisible et productif a été fragmenté en mille morceaux. Les échanges et les investissements ont été entravés par des myriades de restrictions, de contrôles, de cours artificiels, d'effondrements monétaires, etc. Cela a contribué à provoquer des guerres en transformant un monde d'échanges paisibles en une jungle ou des blocs monétaires se livrent bataille.
En résumé, nous voyons que la coercition, dans la monnaie comme dans d'autres domaines, n'engendre pas l'ordre, mais le chaos et le conflit."

Murray Rothbard - "Etat, qu'as tu fait de notre monnaie ?

?

Le -pas si bon que ça- roi Philippe III écoute les idées de ce vieux sage et réagit en homme d'Etat responsable. Marianna est immédiatement mis dans un cachot humide pour crime de lèse-majesté et les exemplaires retrouvés de son ouvrage sont détruits.

Sous la pression du Pape, Marianna sort de prison au bout de quatre mois pour prendre une retraite méritée. (Il n'était pas à son coup d'essai en matière de provocation. Dans "De rege" publié en 1599 il avait aussi justifié l'assassinant des tyrans -y compris sur initiative individuelle alors que ses collègues de l'école de Salamanque penchaient plutôt une délibération collective.-)

Ses livres restants subissent les foudres de l'Inquisition espagnole. Elle censure les paragraphes litigieux puis pour finir met l'ouvrage à l'Index.

L'un des rares exemplaires sauvés de cette hécatombe ne sortira des oubliettes que 250 ans plus tard lorsqu'il est édité par hasard dans une collection d'essais espagnols.

Défendre une monnaie saine, c'est peut être juste mais ce n'est pas bon pour les rhumatismes, ni pour les droits d'auteur.

Tweet
La baisse des prix

Pour permettre à une économie libre de fonctionner, toute quantité de monnaie fait donc l'affaire, du moment qu'elle est suffisamment divisible ou agrégable.

Si le stock de monnaie disponible est (presque) stable, le pouvoir d'achat de chaque unité de monnaie évolue (lentement) en fonction du stock de biens disponibles et des encaisses de chaque personne.

Comme depuis deux siècles la productivité est démultipliée, le stock de biens augmente en permanence. Si le stock de monnaie en face est stable (comme l'or par exemple), le prix des biens exprimé dans cette monnaie est en diminution constante.
C'est la baisse des prix. Un bien aujourd'hui vaut plus cher qu'un bien demain.
Avec une monnaie saine, c'est un phénomène parfaitement naturel et sain dans une économie en expansion.
Entre la fin de la guerre civile américaine et le début de la première guerre mondiale, l'économie américaine a décuplé en richesse. Basés sur l'Etalon-or, les prix ont été en baisse constante sur toute cette période.

Aujourd'hui, et ce malgré la dilution de la monnaie, les prix dans le matériel informatique ou la téléphonie mobile sont en diminution constante. Cela n'empêche pas ce marché d'être florissant pour les producteurs comme pour les consommateurs.

La baisse des prix n'est donc pas forcement une "maladie" qui empêcherait le développement économique.
Pour des motifs plus ou moins intéressés, et se basant sur des théories économiques bancales, la baisse des prix est malheureusement devenue l'écueil à éviter à tout prix pour une grande partie de la classe politique.

Pour éviter ce danger effroyable, l'Etat et les grandes banques ont un remède, la dilution perpétuelle de la monnaie. Et si ce remède de cheval est d'abord à leur profit ce n'est qu'un pur hasard.

"Historiquement, l'offre de biens et de services a augmenté d'année en année. A partir du moment où l'offre de biens augmente, la demande de monnaie augmente et tend à diminuer les prix.
La force poussant à la diminution des prix a été si puissante que ces derniers ont fondu de la moitié du 18 ème siècle à 1940, à -l'exception des périodes de guerre majeure (...).
La monnaie papier a augmenté l'offre de monnaie durant cette période, mais cette augmentation n'a pas été suffisante pour annuler l'effet de la colossale augmentation de l'offre de biens produite grâce à la révolution industrielle.
C'est seulement pendant les guerres, où la planche à billets a fonctionné sans aucune retenue que l'augmentation de l'offre de monnaie a pu dominer l'augmentation de la production et a poussé les prix vers le haut."

Murray Rothbard - The mystery of banking

"Ainsi une grande vérité sur la monnaie émerge : Une fois qu'une marchandise est en quantité suffisante pour être adoptée comme monnaie, il n'y a pas besoin de davantage de monnaie. Toute quantité de monnaie est optimale. Une fois qu'une monnaie est établie, une augmentation de son offre ne permet aucun bénéfice social."

Murray Rothbard - The case against the fed

"Les services que rend la monnaie sont fonction du niveau de son pouvoir d'achat. Personne ne désire avoir comme encaisse un certain nombre de pièces de monnaie ou un poids de monnaie déterminé ; l'on désire avoir en caisse un montant déterminé de pouvoir d'achat. Comme le fonctionnement du marché tend à porter le pouvoir d'achat de la monnaie, dans son état final, à un degré où la demande et l'offre de monnaie coïncident, il ne peut jamais y avoir excès ou manque de monnaie. Tout individu, et tous les individus ensemble, bénéficient toujours des avantages qu'ils peuvent tirer de l'échange indirect et de l'emploi de la monnaie, que la quantité totale de monnaie soit grande ou petite."

Murray Rothbard - The case against the fed

affiche de théâtre Dr Knock

[Docteur Knock.] : Bonjour, je suis docteur en économie, spécialiste en politique monétaire et je viens vous soigner.

[M Economie Libre avec monnaie saine] : Merci, mais pour quoi faire ? Je vais très bien.

[DrKnock] : Ahh ils disent tous ça. Vous êtes très malade. Vous êtes en déflation.

[M EcoLib] : Les prix baissent, mais la masse monétaire ne diminue pas. Ce n'est pas de la déflation, c'est une baisse de prix générale. Ils baissent parce qu'il y a plus de biens et non parce qu'il y a moins de monnaie.

[Dr Knock] : Peu importe vous êtes très malade. Et il faut vous soigner.

[M EcoLib] : Très malade parce qu'il y a davantage de biens moins chers ? Je veux rester malade comme ça.

[Dr Knock] : Vous niez la réalité, c'est encore plus grave que ce que je pensais. D'abord la baisse des prix, c'est aussi la baisse des salaires.

[M EcoLib] : Oui la baisse des salaires nominaux. Pas celui du pouvoir d'achat. Puisque les prix baissent et qu'il y a davantage de biens. Il faut mieux gagner 100 euros avec un caddie qui coûte 70 que gagner 200 euros avec le même caddie coûtant 210.

[Dr Knock] : Psychologiquement la souffrance de gagner moins est tout de même là. En plus les salaires sont difficiles à baisser ou à garder constants.

[M Ecolib] : Psychologiquement c'est encore plus dur de voir son pouvoir d'achat baisser ou de devoir négocier à la hausse son salaire uniquement pour couvrir l'inflation.

[Dr Knock] : Bon vous êtes trop gravement atteint pour être lucide. Heureusement que je suis là. Je connais votre intérêt mieux que vous. Je vais en parler à l'Etat pour qu'il vous fasse prendre de force mon remède magique : l'inflation monétaire.

[M EcoLib] : C'est pas un remède, c'est un poison ! Charlatan.

[Dr Knock] : Restez courtois, pensez aux banques et aux Etats qui se sacrifient pour votre bien en utilisant la nouvelle monnaie. Et puisque vous êtes désormais mon patient, je préfère que vous m'appeliez "Monsieur le Directeur de la banque centrale."

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral