Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

Etape 4 : Le droit naturel

Nous approchons du sommet :

Nous avons donc cinq couches.
Première couche : la raison est un outil qui permet d'approcher la connaissance de la loi naturelle.
La deuxième couche, c'est la nature du Pont, la loi naturelle.
La troisième couche, ce sont les droits naturels que l'on peut déduire de cette loi naturelle.
La quatrième couche, ta..ta...ta..tin...c'est enfin le droit naturel himself.

Nous y voilà.

Le Droit Naturel, c'est l'émergence au fil du temps et des situations d'un corpus de règles respectant les droits naturels, et adaptées à l'infinité de situations posées par les relations entre individus.

Le droit naturel, ce sont les règles au jour le jour, renforçant la loi naturelle, c'est-à-dire permettant de nouer des relations tout en protégeant l'autonomie de chacun.

Après les sommets métaphysiques où Kant interpelle Aristote qui discute avec Hume sous l'œil de Locke, le droit naturel ce sont des millions de règles de bon sens, parfois très terre à terre, permettant de trancher les conflits dans le respect de la justice.

Le droit naturel peut donc varier (doucement) selon les époques ou les cultures, tout en étant respectueux de la loi naturelle.

"La loi, c’est l’organisation du droit naturel de légitime défense ; c’est la substitution de la force collective aux forces individuelles, ../.. pour garantir les personnes, les libertés, les propriétés, pour maintenir chacun dans son Droit, pour faire régner entre tous la JUSTICE."

Frédéric Bastiat - La Loi

La découverte du droit naturel est un spectacle émouvant et grandiose. Cette pomme est tombée dans mon jardin, oui mais l'arbre est dans mon jardin, alors je vais couper la branche, ah non c'est mon arbre !

La nature de l'Homme, la loi naturelle, les droits naturels donnent la direction vers laquelle tendre pour permettre l'émergence d'une société juste tout en préservant le domaine propre de chaque individu.

Mais au quotidien, il ne s'agit pas de principes généraux, mais d'une multitude de situations, de conflits parfois simples, parfois très complexes qui doivent être trancher, par tout à chacun, par un arbitre, par un législateur ou par juge.

Le droit naturel émerge petit à petit, au fur et à mesure des besoins, des situations, d'une multitude de décisions ou de principes.. Rendre à chacun ce qui lui est du, faire respecter les engagements de chacun, permettre à chacun de savoir ce qu'il peut faire ou pas dans ses relations avec les autres.

Le droit naturel n'est donc pas un code de lois gravé dans le marbre noir depuis 2000 ans. C'est un tableau pointilliste qui dessine petit à petit une jurisprudence complexe basée sur des millions de points : les décisions des juges soucieux de justice.

Aujourd'hui sous l'influence d'un législateur fou et de juges positivistes, la qualité de la loi s'est considérablement dégradée.

Tweet
Etape 4 : droit naturel pontain

Par exemple, pour le droit naturel pontain, dans la culture maya ou les ponts sont des lianes attachées de part et d'autres d'un précipice, la règle générale "le tablier du pont ne doit pas avoir de trou" se déclinera en une multitude de règles particulières :

"Si un lama fait un trou dans le tablier en marchant sur le pont, il s'agit de l'usage normal et le propriétaire du lama ne sera pas tenu responsable, par contre si le lama broute la liane du pont, le propriétaire du lama sera responsable.
S'il s'agit d'un troupeau de ...."

Des règles en occident parleront sans doute plutot de 33 tonnes et d'autobus et sur la banquise des traineaux..

On constate donc qu'à partir d'une nature pontaine universelle, il y a de nombreuses déclinaisons du droit naturel selon la culture ou la période.

Cela ne veut évidement pas dire que toutes les lois sont conformes au droit naturel... Une loi qui dirait "Le seigneur local a le droit de brûler le pont selon son bon vouloir" ne serait pas conforme au droit naturel : il y aurait rupture de l'égalité et violation du droit à la propriété.
Certains individus et cultures peuvent se tromper sur la nature du pont, sur la loi naturelle pontaine... ou sans se tromper sur les règles permettant de respecter la nature du pont, se tromper sur la conformité des règles du droit naturel par rapport à la nature du pont.

Que d'occasions de se tromper pour la Nature Pontaine… Ca donne une idée pour la Nature Humaine…

"Pendant de longs siècles, l'humanité gémit dans les limbes de la servitude. Mais, d'intervalle en intervalle, de sombres clameurs de détresse et de colère retentissaient au sein des masses asservies et exploitées. Les esclaves se soulevaient contre leurs maîtres en demandant la liberté.

La liberté ! c'était le cri des captifs d'Égypte, des esclaves de Spartacus, des paysans du Moyen Age, et, plus tard, des bourgeois opprimés par la noblesse et les corporations religieuses, des ouvriers opprimés par les maîtrises et les jurandes.

La liberté ! c'était le cri d'espérance de tous ceux dont la propriété se trouvait confisquée par le monopole ou le privilège.

La liberté ! c'était l'aspiration ardente de tous ceux dont les droits naturels étaient comprimés sous la force. "

Murray Rothbard - L'Ethique de la liberté

La raison, l'ordre spontané ou les deux ? Naviguons vers la justice le regard posé sur les étoiles de la raison, non en suivant l'ordre spontané des haut fonds, Les deux ! La raison pour la direction générale, l'ordre spontané pour la navigation au jour le jour

Friedrich A. Hayek (1899–1992) est l'un des grands penseurs libéraux du XXème siècle. Eclectique, ses travaux vont de l'économie à la philosophie politique en passant par l'épistémologie.

Ses apports sur l'ordre spontané, la transmission de l'information dans les systèmes complexes, la coordination entre acteurs ont été déterminants pour expliquer l'infériorité d'une économie communiste sur une économie libérale.

A la fin de sa carrière, il s'est longuement intéressé au droit, tentant de reprendre ses réflexions sur l'ordre spontané économique pour les appliquer à l'émergence de règles justes.

Dans la tradition du droit naturel, la raison, c'est-à-dire une réflexion consciente, permet aux Hommes de tendre vers une connaissance de la loi naturelle ou de la nature de l'homme, connaissance qui guide ensuite petites décisions par petites décisions le travail du juge ou du législateur.

Hayek, fidèle à sa conviction d'une supériorité des ordres spontanés émergeant par les apports d'acteurs divers, inverse totalement le processus.

C'est le travail des juges qui petit à petit permet de faire émerger le droit naturel, sans que les juges aient un quelconque guide moral. Les meilleures règles, c'est-à-dire les plus conformes à l'harmonie de la société émergent sans que personne n'en aie conscience.

Hayek partage donc avec la tradition du droit naturel, la méfiance des lois posées par les étatistes et la confiance dans la jurisprudence découverte peu à peu par les juges mais nie l'existence d'une loi naturelle redécouverte par la raison et servant de guide au juge.

Cette position est vivement contestée par les partisans du droit naturel. Les lois comme la jurisprudence sans une réflexion sur la loi naturelle, peuvent très bien être le fruit des superstitions, des dictats du pouvoir ou des rapports de force du moment.

Le droit naturel émerge certes spontanément dans toute sa complexité, mais il nécessite une découverte préalable de la loi naturelle et un personnel juridique et politique soucieux de son respect.

Les travaux de Hayek sur l'ordre spontané apportent de toute manière un éclairage très intéressant sur l'émergence du droit naturel. Son appartenance -ou non- à la tradition du droit naturel est une excellente source d'inspiration pour les doctorants en panne de sujets.

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral