Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

Les lois injustes

Il existe donc des lois injustes, illégitimes au regard du droit naturel.
Des lois qui commandent au lieu de permettre de nouer les relations entre individus, des lois qui favorisent des individus ou des groupes d'individus en violant les droits naturels des autres.

Lois qui existent bien sûr dans les régimes démocratiques.
Une loi n'est pas légitime parce qu'elle a été voté démocratiquement, elle est légitime parce qu'elle est conforme au droit naturel.
Le vote démocratique n'est qu'un moyen, une sécurité permettant d'éviter plus sûrement les lois illégitimes.

Mais c'est un moyen qui est très loin d'être infaillible d'autant que certains partis se glorifient ou annoncent leur intention de violer massivement les droits (liberté, propriété) de la population.

Faut-il respecter les lois illégitimes ? Faut-il résister par la violence aux lois illégitimes ?

Ce problème moral et politique n’est pas simple à résoudre, sauf pour les enragés qui aiment le chaos et la violence ou pour les lâches qui aiment l’ordre établi même contre la justice.

Il n'est pas simple car en refusant d'obeir à une loi illégitime on affaiblit aussi toutes les lois légitimes, lois légitimes dont l’absence peut causer des maux plus grands que la présence de lois illégitimes. A quel moment le droit naturel gagnera d'une désobéissance à des lois illégitimes malgré l'affaiblissement des lois légitimes induit par cette révolte ?

Le libéralisme et le droit naturel moderne sont apparus à la sortie des guerres de religions. Ce n'est pas par hasard. Le chaos et la guerre civile sont à l'opposé de la loi naturelle, à l'opposé d'un ordre basé sur des relations permettant la vie en société tout en respectant l'autonomie de chaque individu.

Toujours est-il que certaines révoltes contre les lois illégitimes, en particulier dans les régimes despotiques, ne peuvent pas laisser indifférent le libéral cohérent.

"Je réponds qu'on ne doit opposer la force qu'à la force injuste et illégitime, et à la violence; que quiconque résiste dans quelque autre cas s'attire une juste condamnation, tant de la part de Dieu que de la part des hommes; et qu'il ne s'ensuit point que toutes les fois qu'on s'opposera aux entreprises d'un Souverain, il en doive résulter des malheurs et de la confusion."

John Locke - Traité de gouvernement civil

super, maintenant que je suis chef de l'état, j'ai le droit de voler, tuer... BOB.. t'aurais du lire les gros caractére du contrat social libéral : si l'état viole les droits naturels alors il n'a plus aucune légitimité et les individus peuvent reprendre l'usage de la violence pour se défendre. Quel cauchemard, cet hyper-libéralisme sauvage !

Il va de soi que tous les êtres humains ne respectent pas le droit naturel.
Soit parce qu'ils l'ignorent, soit parce qu'ils le connaissent mais ne veulent pas en tenir compte parce qu'il pensent qu'ils peuvent s'en sortir après l'avoir violé.

Pour les partisans du droit naturel, cela n'a rien de surprenant..Les imbéciles, les méchants ou les vicieux existent.

Mais un homme qui ne respecte pas le droit naturel, c'est-à-dire qui ne souhaite pas vivre en harmonie avec ses semblables peut difficilement exiger que l'on respecte en retour ses droits naturels. Un homme qui ne respecte pas le droit naturel, c'est-à-dire ne fait pas usage de sa raison pour respecter les autres, s'éloigne de l'humanité pour se rapprocher des bêtes. Et il peut en conséquence être privé de sa liberté ou de sa propriété, c'est-à-dire emprisonné ou obligé de payer une amende par un Etat violant ainsi ses droits.

Finalement les principales violations du droit naturel ne viennent pas des individus entre eux, mais bien de l'Etat vis-à-vis des individus.

Les étatistes considèrent en effet que l'Etat est une entité magique au-dessus du Droit. Cette vision en cela est pire que celle de l'Ancien Régime. Le roi lui-même n'était pas au-dessus du Droit. Il n'avait pas le pouvoir de changer la loi, la coutume.

L'Etat moderne oui.
En permanence des hommes politiques expliquent qu'ils vont prendre à tel groupe d'individus pour donner à tel groupe d'individus, qu'ils vont limiter la liberté de tel groupe d'individus pour avantager tel groupe d'individus, qu'ils vont commander à l'ensemble de la population des choix que chaque individu pourrait faire lui-même. Avec le ton de la parfaite évidence.

Il n'y a plus aucune notion de justice, de relations d'égalité entre individus, il n'y a plus que des règlementations, des diktats constamment modifiés régissant précisément les rapports entre groupes d'individus.

L'Etat Nounou casse ainsi les relations entre individus, seul socle duquel émerge une société harmonieuse, pour les remplacer par des commandements vers une population infantilisée.

Il n'y a plus que des groupes antagonistes cherchant à capter les faveurs du parti au pouvoir et l'attention des médias par la menace ou la pleurnicherie.

L'étatisme par son mépris du droit naturel créé donc une société envieuse, acariâtre, défiante et pessimiste… composée d'individus de moins en moins capables d'imaginer que c'est eux et eux seuls, et les relations justes qu'ils nouent, qui peuvent créer et favoriser une société harmonieuse.

Tweet
Conclusion

Comme M Jourdain fait de la prose, beaucoup de gens font du droit naturel sans le savoir.

De l’enfance à l’age adulte, « ce n’est pas juste » est une phrase universelle... une attente cruciale pour la vie dans toute société dès la cour de maternelle.

Cela ne signifie pas que toutes les frustrations, les jalousies ou les souffrances soient des injustices. Seuls l’usage de la raison, l’observation de la nature de humaine peuvent le déterminer.

La tradition du droit naturel a pris le taureau par les cornes et a commencé l’exploration de cet immense domaine.

Toutes les théories qui en sont issues partagent –malgré des divergences- un certain nombre de conclusions :

Les théories du droit naturel ne sont pas achevées, mais chacune d’entre elles est finalement plus aboutie que les théories niant l’existence d’une justice universelle conforme à la nature de l’Homme.

Les adversaires du droit naturel, qu’ils soient relativistes, nihilistes ou simplement sceptiques débouchent sur des contradictions bien plus conséquentes que les difficultés liées à la démarche du droit naturel... Et souvent ne tirent pas les conséquences de leurs propres théories pour leur vie personnelle comme pour la politique qu’ils défendent. Des gros bouts de droit naturel sont conservés discrètement en creux.

La tradition du droit naturel est aujourd’hui oubliée, mais elle est le dallage sur lequel notre civilisation a émergé et se maintient encore aujourd’hui. Heureusement, il y a encore de beaux restes…

De beaux restes mais pas assez. Et beaucoup de nos difficultés qu’elles soient sociales, morales ou économiques viennent de cet oubli. Il est probable que le droit naturel chassé par la porte revienne par la fenêtre dans les prochaines décennies.

« C’est pas juste » a de l’avenir, et cet avenir passera forcément par les connaissances déjà accumulées dans ce domaine… la tradition du droit naturel.

La couverture de mon livre Pulp libéralisme

Et pour aller plus loin, mon livre aux éditions Tulys
"Pulp Libéralisme, la tradition libérale pour les débutants"

Pour en savoir plus :

John Locke - Traité de gouvernement civil

Frédéric Bastiat - La Loi

Gustave de Molinari - Les soirées de la gare Saint Lazare

Van Dun - Les Droits de l'Homme et la crise du droit

"La raison pour laquelle on entre dans une société politique, c'est de conserver ses biens propres; et la fin pour laquelle on choisit et revêt de l'autorité législative certaines personnes, c'est d'avoir des lois et des règlements qui protègent et conservent ce qui appartient en propre à toute la société, et qui limitent le pouvoir et tempèrent la domination de chaque membre de l'État. ../....

Toutes les fois donc que la puissance législative violera cette règle fondamentale de la société, et, soit par ambition, ou par crainte, ou par folie, ou par dérèglement et par corruption, tâchera de se mettre, ou de mettre d'autres, en possession d'un pouvoir absolu sur les vies, sur les libertés, et sur les biens du peuple, par cette brèche qu'elle fera à son crédit et à la confiance qu'on avait prise en elle, elle perdra entièrement le pouvoir que le peuple lui avait remis pour des fins directement opposées à celles qu'elle s'est proposées, et il est dévolu au peuple qui a droit de reprendre sa liberté originaire, et par l'établissement d'une nouvelle autorité législative, telle qu'il jugera à propos, de pourvoir à sa propre conservation, et à sa propre sûreté, qui est la fin qu'on se propose quand on forme une société politique."

John Locke - Traité de gouvernement civil

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral