Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

Etape 2: La loi naturelle humaine

La loi naturelle est donc un ordre permettant de respecter la nature de l'homme.
La nature de l'homme est d'être un individu libre vivant avec les autres.
L'ordre conforme à cette nature est donc une société basée sur des relations permettant à chacun de coopérer tout en gardant son autonomie.

Ce sont des relations fondées sur la parole entre personnes égales par opposition à des relations fondées sur la violence ou le commandement entre un souverain et son sujet.

Ce sont des relations où l'individualité de chacun est préservée. On ne confond pas un individu et un autre.

"Relations d'égal à égal" signifie que personne n'a le droit de diriger un autre sans son consentement. Un salarié, un fournisseur peut accepter des ordres d'un chef, d'un client mais dans la cadre d'un contrat qu'il est libre de rompre.
Par contre, nul ne peut être esclave ou même simplement obligé d'obéir à des ordres sous la contrainte d'un commandement à cause de sa naissance ou de n'importe quelle contrainte unilatérale fixée par les institutions.

Les relations basées sur la parole signifient que ce n'est pas la violence physique qui encadre un échange, mais l'argumentation, l'engagement, la parole d'un Homme vis-à-vis d'un autre.

La loi naturelle humaine, c'est l'ordre souhaitable conforme à la nature de l'homme, c'est-à-dire les relations de convivialité d'égal à égal, respectant la liberté, l'individualité de chacun et excluant la violence, les relations de commandement.

"Revenons maintenant à la conception objectiviste et classique du droit comme l’ordre fondamental de la société humaine. Elle se rapporte directement à la nature objective de la société. Celle-ci est un réseau dans lequel participent d’innombrables individus, tous des êtres distincts et séparés, capables d’agir selon leur propre jugement et volonté. Ce réseau peut être en ordre ou en désordre.
Il y a désordre ou confusion quand un individu parvient à faire croire qu’il est l’auteur des dires, actes ou oeuvres d’un autre, ou qu’un autre est l’auteur de quelque chose qu’il a fait lui-même. Il y a confusion quand un individu traite un autre ou ses possessions comme s’ils étaient à lui. Dans tous ces cas il y a crime ou injustice: une personne faillit à son devoir de respecter les distinctions naturelles et objectives qui définissent précisément l’ordre de la société dans laquelle elle se trouve face à ses semblables.."

Van Dun - Les droits de l'homme et la crise du droit

Les étatistes ont du mal avec le droit naturel. Tel un dieu, je vais donner l'ordre harmonieux à l'humanité, grâce à mes commandement, mes ordre.. votez pour moi. Je suis convaincu. Des relations juste entre individus égaux, ca ne marche pas ! Seul un conducator social democrate betonnera l'harmonie pour nous tous

Les criminels et ceux qui aiment la guerre font bien sûr partie des adversaires de cette loi naturelle.

Mais aujourd'hui, les principaux pourvoyeurs de relations de commandement basées sur la violence sont les Etatistes qui tentent de diriger les autres -une réglementation mauvaise, une mauvaise loi- par la violence -désobéir à la loi expose tôt ou tard à la force de l'Etat-

Faire travailler et vivre ensemble des individus par la force n'est ni une nouveauté, ni une performance, c'est même malheureusement très fréquent dans l'histoire de l'humanité.

Mais ce sont des sociétés malades, niant en général une caractéristique incontournable de la nature de l'homme : son individualité. Ce ne sont pas des sociétés conformes à la nature de l'homme.

L'ordre conforme à la nature de l'homme n'est pas un société ordonnée par le haut basée sur des relations obligatoires fixées par un commandant ou une technocratie -même bienveillante- mais des relations libres d'égal à égal basée sur la parole et l'engagement réciproque.

Ces relations fondent une société plus juste, plus harmonieuse et plus stable que les sociétés basées sur des relations de commandements parce qu'elles sont conformes à la nature humaine.

Mais cette société prive de pouvoir les wannabe commandants, les étatistes.

Tweet
Etape 2: La loi naturelle humaine suite

Dans le contexte de la loi naturelle, vivre en société n'est pas une collection approximative de "droits-créances" couplée à un Etat Nounou qui commande, cogne et soigne.

Il s'agit de relations justes entre des individus pris un à un.

Il ne s'agit pas de relations de commandements et de contrôles entre une bureaucratie qui décide et des citoyens qui obéissent, que cela soit pour leur sécurité, leur confort, leur éducation, leur culture, leurs loisirs, leur santé, leur travail, leur commerce.

Il s'agit de relations (sentimentales, culturelles, économiques) entre personnes égales entre elles, respectant l'individualité, la parole, la liberté, la propriété de chacun.

Il ne s'agit pas du contrôle et de la gestion par la coercition d'immenses petits tas d'individus regroupés articificiellement par un ou deux critères parmi des milliers d'autres. Il ne s'agit pas des relations arbitraires fixées par l'Etat entre des groupes d'individus (selon la classe sociale, raciale, religieuse, sexuelle), groupes aux contours arbitraires et très réducteurs pour les membres de ces groupes.

Il s'agit de milliards de relations distinctes et justes entre individus libres et égaux quels que soient leur classe sociale, race, religion ou sexe.

"Si l'homme, dans l'état de nature, est aussi libre que j'ai dit, s'il est le seigneur absolu de sa personne et de ses possessions, égal au plus grand et sujet à personne; pourquoi se dépouille-t-il de sa liberté et de cet empire, pourquoi se soumet-il à la domination et à l'inspection de quelque autre pouvoir? Il est aisé de répondre, qu'encore que, dans l'état de nature, l'homme ait un droit, tel que nous avons posé, la jouissance de ce droit est pourtant fort incertaine et exposée sans cesse à l'invasion d'autrui."

John Locke - Traité de gouvernement civil

L'apparition de droit naturel surprend un peu ses adversaires contemporains... Je doute de tout et encore pas tous les jours donc il faut m'obéir. C'est utile donc c'est bien sauf quand c'est mal. Rien n'est vrai mais les autres ont tort

Dans l'antiquité gréco-latine, les courants philosophiques poussent comme les groupes de rap sur Skyrock.
Mais ces écoles de philosophie abordent fréquemment un sujet finalement peu évoqué sur la bande FM adolescente : l'existence ou non d'une loi naturelle et l'articulation de cette loi avec les lois de la cité. Yo Mozer feukeur !
Parmi ces écoles, certaines adoptent des positions hostiles à l'existence d'une loi naturelle.

Dans la catégorie "Critique constructive", il y a les sophistes. Les punching balls bien confortables de trio magique (Socrate, Platon, Aristote) ne sont pourtant pas nihilistes. En tous cas pas les premières générations (Protagoras), simplement ils défendent une loi naturelle « populaire » que tout un chacun peut connaître, et pas seulement une élite au sommet de la cité chargée de la connaitre (et de l’imposer) pour tout le monde. De plus, ils ne sont pas convaincus qu'Athènes soit si conforme que ça à la loi naturelle. Les lois de la cité ne servent souvent que les puissants du jour qui les ont fabriquées sur mesure. Ces deux objections mettront de mauvaise humeur les patriotes athéniens. Cela n’est pas pour autant une attaque contre une justice universelle… au contraire…

Dans la catégorie "critique destructive, y compris la critique elle-même", il y a les sceptiques. Les sceptiques entament la grande tradition du soupçon sur la raison en utilisant au passage massivement la raison ce qui leur donne hier (comme aujourd'hui) le charmant côté du fou qui scie la branche sur laquelle il est assis en espérant que c'est l'arbre qui va tomber. Bref, pour les sceptiques toutes les lois ne peuvent être qu'un agrément arbitraire. Il n'y a pas de loi naturelle et de toute manière la raison est un instrument incapable de parvenir à une quelconque vérité.

Dans la catégorie "Woodstock", il y a les cyniques pour qui il existe une loi naturelle, et c'est la loi animale. Les hommes sont des animaux, leur loi est de ne pas étouffer leur côté animal. Vivre nu, faire l'amour en public (pardon s'accoupler en public) et dormir dehors.. Bon mis à part le côté ludique de faire l'amour dans le métro à l'heure de pointe, la loi naturelle des cyniques oublie un petit détail : l'homme est un animal certes, mais doté de la raison. Ce qui le distingue notablement du reste du règne animal... et change peut être un petit peu sa nature par rapport à une chèvre ou un poisson rouge.

Dans la catégorie "Jouir sans entraves", il y a les Epicuriens, le plaisir est la seule base éthique raisonnable. Les lois de la cité n'ont d'autres utilité que d'éviter que quelqu'un se blesse (ce qui nuit au plaisir). Peu importe ensuite le contenu de la loi. Certes mais si le plaisir est le seul critère, pourquoir rendre illégitime le plaisir du violeur / tortionnaire sadique ?

Feuquinegue elle, le monde du rap est finalement très consensuel par rapport aux philosophes classiques.

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral