Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

Les producteurs uniques

Pour les libéraux de l'école autrichienne, la concurrence existe dès lors que l'entrée sur le marché est libre.

L'existence de la concurrence n'est donc pas dépendante du nombre de producteurs sur un marché donné à un instant donné, mais de l'absence de coercition (qu'elle soit étatique ou criminelle) destinée à interdire l'accès de ce marché à de nouveaux producteurs.

La concurrence n'est pas donc une situation statique idéale, mais un processus continu.

Suivant cette définition, un producteur peut donc être unique sur un marché sans constituer pour autant un monopole.

De fait d'ailleurs, notre économie est constituée d'une myriade de producteurs uniques sur des niches, et ne s'en porte pas plus mal.

Votre boulanger au coin de la rue est le producteur unique de pain du coin de cette rue, votre chanteuse de variété préféré est le producteur unique de sa voix ou de son déhanché, ce qui lui permet d'ailleurs de vendre mieux ses disques qu'une autre chanteuse, une entreprise de produits électroniques développant un appareil ultracool pour écouter votre chanteur préféré, est le producteur unique du produit ultracool, une entreprise pharmaceutique qui développe un nouveau médicament, est le producteur unique de ce médicament.

Vous êtes à votre poste de travail, probablement un producteur unique, étant sans doute le seul à maîtriser les connaissances spécifiques à ce poste de travail dans cette entreprise à ce moment donné.

Les seuls vrais monopoles sont donc les producteurs étatiques uniques et obligatoires....

C'était d'ailleurs la définition originale des monopoles au XIXéme siècle avant qu'elle ne dérive sous l'influence des néoclassiques et des socialistes.

" L’erreur traditionnelle consiste pourtant à avoir une vision statique de la concurrence alors que la concurrence ne peut se comprendre que comme un processus qui se déroule dans le temps, dans une situation d’incertitude et non pas d’information parfaite. Et lorsqu’il faut « inventer le futur », celui qui invente bien le futur en est récompensé par un profit. On peut dire de ce point de vue que tout le mérite de la concurrence conçue comme un processus d’incitation à l’innovation réside dans le fait qu’elle est un élément d’incitation pour les producteurs. Il s’agit de faire mieux que les autres c’est à dire, à un moment donné, d’être les premiers à proposer un produit, ou proposer un produit à un prix beaucoup plus bas. Et par hypothèse, l’innovateur, au début tout au moins, a 100% de part de marché. Tout le mérite de la concurrence est donc d’incite à avoir des positions de « monopole » temporaires et menacées, dans la mesure où la concurrence existe et où d’autres producteurs peuvent essayer de devenir les meilleurs."

Pascal Salin

Barbie et Ken c'est fini, elle refait sa vie avec Blair

1999 Une épopée judiciaire a lieu à Paris autour d'un problème philosophique crucial.
Est-ce que pour les petites filles, les poupées poupons sont remplaçables par des poupées mannequins ?

C'est important, parce que si une poupée mannequin ne peut pas être remplacée par une poupée poupon, cela pourrait signifier que la poupée Barbie -en plus d'avoir une voiture dans un rose criard qui présage mal du goût des futures Françaises- constitue un quasi-monopole rendant illégal ses pratiques commerciales. En s'appuyant sur du fromage, des experts et des concepts économiques approximatifs, le conseil de la concurrence sauve les petites filles de l'horreur économique.

"la poupée Barbie, produit phare du groupe, est une poupée-mannequin de 29 centimètres de hauteur, représentation d’une femme adulte « caractérisée par une tête placée sur un cou très long, une abondante chevelure blond clair, des yeux bleus artificiellement agrandis qui lui donnent une expression particulière, des lèvres entrouvertes en un sourire mutin laissant apparaître la blancheur des dents. Son corps longiligne présente des jambes exagérément longues, une taille marquée, une poitrine développée, des mains aux doigts rapprochés
../... la Cour de cassation a précisé que « les critères de substitutialité d’un produit permettant de délimiter un marché économique de référence (...) s’apprécient différemment selon la nature et les modalités de commercialisation du produit en cause (...). La cour d’appel, qui a constaté que le goût des fromages de Cantal se distinguait “nettement de celui des autres fromages à pâte pressée non cuite”(...), a pu, sans avoir à rechercher si la baisse de consommation de ce produit s’expliquait par le report de la clientèle sur d’autres fromages à pâte pressée statuer ainsi qu’elle l’a fait
.../... Considérant que cette analyse, rapprochée du phénomène de la prise de conscience par l’enfant de son appartenance sexuelle, permet de dire que la poupée-poupon et la poupée-mannequin répondent à deux logiques de jeux différentes chez la petite fille ; qu’en effet, il apparaît qu’alors que le jeu à la poupée-poupon est avant tout « un jeu de rôle dans lequel l’enfant joue le rôle de la mère, ou de toutes autres personnes, qui s’occupe de l’enfant », le jeu avec la poupée-mannequin « est un jeu de manipulation où l’enfant se projette dans des personnages de taille réduite au milieu desquels il ne tient aucun rôle mais où il est au contraire le metteur en scène, le démiurge ../... "
Décision no 99-D-45 du Conseil de la concurrence en date du 30 juin 1999

Le droit commercial et ses vaillants acteurs (juges, avocats, policiers) sont indispensables au bon fonctionnement de l'économie de marché. Mais faire respecter les contrats et protéger les droits de propriété, y compris ceux des plus faibles (petite entreprise, consommateur) dans les zones grises des multitudes de situations est déjà un travail considérable.

Inutile de charger en plus la justice de construire à coup de tronçonneuse et de concepts économiques obsolètes une structure de marché idéale. C'est un gâchis considérable de ressources et d'heures de travail, et ça n'améliore la situation ni des producteurs, ni des consommateurs.

Tweet
Les monopoles naturels ?

Les monopoles sont, dit naturels, lorsque, en général, le coût d'entrée pour les nouveaux producteurs est tellement élevé que ces derniers renoncent avant d'avoir essayé. Les producteurs en place devenant de facto des producteurs uniques 'durables'.
Par exemple, pour concurrencer une ligne de métro déjà établie, il faudrait creuser un tunnel parallèle au premier, pour un coût colossal (et une absurdité criante).

Pour les libéraux, le coût d'entrée est un phénomène utile dans le marché puisqu'il décourage les personnes d'investir trop lourdement dans des infrastructures déjà présentes. Ce coût d'entrée est présent dans toutes les activités, de manière moins visible qu'un tunnel creusé en double, mais il y joue le même rôle bénéfique.

Même dans cette situation pouvant être inconfortable pour le consommateur, l'intervention de l'Etat n'est pas forcement utile.

Les USA au XIX éme se sont bien couverts de voies ferrées privées, donc détenues par des producteurs uniques sur chaque tronçon, pour le plus grand bénéfice des consommateurs, la preuve : Blueberry, LuckyLucke, les bleus et John Wayne les utilisent souvent.

Ces voies ferrées sont de toute manière en concurrence avec la diligence, les bateaux et le cheval, la preuve : Blueberry et LuckyLucke, les bleus et John Wayne les utilisent souvent.

"L’idée d’une concurrence libre rendue obligatoire par la loi est une grotesque contradiction dans les termes. Elle signifie : forcer les gens à être libres à la pointe du fusil. Elle signifie : protéger la liberté des gens par la règle, arbitraire, d'édits bureaucratiques que l’on ne peut pas discuter… Il n’y a aucun moyen de réglementer la concurrence : il n’y a pas de normes par lesquelles on pourrait déterminer qui devrait concurrencer qui, combien de concurrents devraient exister dans un secteur donné, ce que devrait être leur force relative ou leurs parts de marché, quels prix ils devraient demander, quelles méthodes de concurrence sont correctes ou incorrectes. On ne peut répondre à aucune de ces questions, car ces questions sont précisément celles auxquelles seul le fonctionnement du marché peut apporter une réponse."

Ayn Rand, Capitalism - The Unknow Ideal

"Aujourd'hui des gens affirment la même chose en ce qui concerne diverses branches de la grande entreprise : vous ne pouvez ébranler leur position, elles sont trop grandes et trop puissantes. Mais la concurrence ne signifie pas que n'importe qui puisse prospérer en copiant simplement ce que d'autres font. Cela signifie le droit reconnu à tous de servir les consommateurs d'une façon meilleure ou moins chère sans être entravé par des privilèges accordés à ceux dont les situations acquises seraient atteintes par l'innovation. Ce dont un nouveau venant a le plus besoin s'il veut porter un défi aux situations acquises des firmes établies de longue date, c'est surtout de la matière grise et des idées. Si son projet est apte à satisfaire les plus urgents d'entre les besoins non encore satisfaits des consommateurs, ou à y pourvoir à un moindre prix que les vieux fournisseurs, il réussira en dépit de tout ce qu'on répète abondamment sur la grandeur et le pouvoir de ces firmes."

Ludwig Von Mises - Action Humaine

un harem

Le sultan dans son harem a beaucoup de chance, mais sa situation de (re)-producteur unique sur un marché a peu de chances de se produire dans une économie libre.

Historiquement en effet, les producteurs uniques durables sont très souvent:
Soit des émanations directes de l'Etat, les monopoles étatiques obligatoires.
Soit les conséquences directes d'une réglementation inadaptée.
Soit des conséquences de clientélisme, de corruption ou de protectionnisme.

Sauf pour certains biens difficilement segmentables naturellement (les infrastructures routes, eau, fils électriques) l'Etat est donc souvent responsable de l'apparition des producteurs uniques durables. Avant de monter des usines à gaz anti-monopoles, il pourrait donc s'occuper très facilement de ceux qu'il a créé directement ou indirectement.

Pour les autres cas, l'intervention de l'Etat dans la lutte contre d'éventuels monopoles est souvent inutile et coûteuse. Les producteurs uniques privés dans une économie de marché libre, étant rares et instables. L'histoire économique regorgeant de producteurs uniques -réputés imprenables- s'effondrant comme un château de carte avec l'apparition de nouveaux entrepreneurs, de nouvelles technologies ou des changements d'habitudes des consommateurs.

Sur ce sujet (comme sur tellement d'autres), la meilleure (moins mauvaise) des solutions est de laisser choisir, de laisser faire les millions de personnes s'adaptant et inventant des nouvelles stratégies pour faire face à une situation donnée, limitée dans le temps.

La situation idyllique du sultan a donc peu de chance de se produire 'spontanément' sur le marché amoureux. Par contre, si l'Etat donnait un monopole obligatoire amoureux et sexuel à un idéaliste (moi par exemple) souhaitant une société de partage, un service public sentimental de qualité pourrait voir le jour, rempart efficace contre la marchandisation de l'amour et protégeant les femmes contre les inégalités sentimentales.

Enfin peut être..

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral