Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

La réglementation

L'intervention de l'Etat pour imposer un niveau d'information mimimum avant d'autoriser un échange (étiquetage, normes obligatoires) est possible, parfois utile.

Mais le fait que l'Etat impose une stratégie pour réduire l'asymétrie d'information n'abolit pas magiquement les coûts liés à la collecte de l'information.

La collecte, la diffusion et l'analyse des informations ont toujours un coût (porté par le producteur, donc au final par le consommateur)

Et le périmètre de l'information obligatoire n'est pas forcément le plus adapté pour aider aux décisions des personnes libres.

L'Etat en effet ne connait pas forcement les informations pertinentes nécessaire à chaque échange, d'autant qu'il devient vite une cible de lobbies ayant eux des idées très précises sur les informations qu'ils ne veulent pas diffuser.

D'autre part, chaque personne a des idées différentes sur les informations nécessaires à un échange. Par définition l'Etat n'en rend obligatoire que certaines, pas forcement celles dont une personne en particulier a besoin. (Par contre, comme celles de l'Etat sont obligatoires, cette personne en supportera le cout de toute manière.)

Enfin et surtout, l'Etat très vite réglemente sur tout et son contraire, au grès des titres du 20 heures ou de l'influence de lobbies. Cette avalanche de règlements mal pensés à un coût considérable. (Coût plus facilement gérable dans une grande multinationale disposant d'un département juridique que dans une PME ou chez un artisan.)

Les ministres et leur bomdardement lourd réglementaire permanent crééent donc de la pauvreté pour tout le monde et favorisent les grandes entreprises par rapport aux petites. Mais bon, le jeu en vaut la chandelle : on parle des étatistes au journal TV.

"Même si on juge que les résultats actuels du marché sont pour une raison ou pour une autre insatisfaisants, on ne peut pas juger que l'intervention, et même une intervention qui pourrait atteindre avec succès ses objectifs immédiats, soit à l'évidence la solution correcte.
Après tout, les problèmes même qui apparaissent dans le marché peuvent déclencher des processus de découverte et de correction supérieurs à ceux qui sont délibérément engagés par l'intervention publique. Non seulement l'intervention délibérée des hommes de l'Etat peut être un mauvais substitut au processus spontané de découverte par le marché, mais elle a aussi bien des chances d'empêcher la mise en oeuvre de processus de recherche désirables dont ils n'ont pas perçu la nécessité."

Kizner - La régulation

"Le nombre de lois votées s’est accru de 35% en 30 ans, celui des decrets de 25%. Le nombre de pages du journal officiel a doublé en 15 ans. Le stock actuel des normes serait de 8000 lois et 400 000 textes réglementaires."

Rapport du conseil d’Etat – 1991

"Suivant l’appréciation qui en a été faite par l’OCDE, les formalités administratives imposées aux entreprises européennes representaient en 1997, 3 à 4% du PIB, soit pour la France l’équivalent du produit de l’impôt sur les sociétés."

Rapport du groupe de travail interministeriel sur la qualité de la réglementation
Dieudonné Mandelkern

une carte de mére d'ordinateur

Votre PC est une usine à gaz. (Votre Mac aussi d'ailleurs, si, si, même si il est très beau.)

De la dernière carte graphique vibraStroupmph à triple stroumph cadencé, à la carte mère Perfomator2X3400 à multistroumph bi-bande, vous ne disposez que d'une infime partie des informations nécessaires à l'évaluation du PC avant de l'acheter et vous n'auriez sans doute pas les connaissances nécessaires pour comprendre ces informations.

Cette asymétrie d'information n'empêche pourtant pas des millions de personnes libres de faire des échanges de PC contre des euros avec en général une certaine satisfaction. (et quelques après midis à enrager pour trouver le bon driver)

Si pour palier à une information imparfaite, l'Etat se mettait en tète d'édicter des normes d'information obligatoires sur les ordinateurs, en plus d'être obsolètes avant même d'être émises, elles ne conviendraient pas à chaque personne. (Le gamer, le comptable, le photographe).

Elles auraient donc un cout pour être édictées, contrôlées, diffusées sans pour autant améliorer le moins du monde le 'marché' du PC. (ou du Mac, mais le Mac c'est normal, il est super cool).

De plus, comme dans d'autres domaines, ces normes une fois émises seraient rarement toilettées et deviendraient rapidement des strates fossilisées complètement inadaptées aux évolutions technologiques.

On retrouve ce phénomène moins criant pour beaucoup d'autres catégories d'échanges (Construction, Sécurité etc..)

Même si elle est parfois utile, la réglementation Etatique n'est en aucun cas une solution miracle pour pallier l'asymétrie d'information. Et ses contraintes particulières génèrent même parfois (souvent ?) plus d'effets pervers que d'effets bénéfiques.

Tweet
L'entrepreneur

L'imperfection de l'information économique, comme pour l'imperfection de l'information scientifique, créée donc des opportunités de découvertes soit de nouvelles informations, soit de méthodes pour pallier à l'imperfection de l'information.

Cette fonction, qui est celle de l'inventeur ou du chercheur dans les sciences de la nature est occupée par l'entrepreneur dans la sphère économique.

Dans ce contexte, l'entrepreneur n'est pas un jeune cadre dynamique au sourire beat entrain de sautiller devant une tour en verre pour vendre de la mousse à raser.

C'est une fonction que nous utilisons tous -plus ou moins- et qui est le moteur du progrès économique.

Elle consiste à imaginer des nouvelles productions, à imaginer de nouvelles manières de produire ou d'échanger et à imaginer de nouvelles manières de consommer.

La personne, qu'elle soit productrice ou consommatrice, en s'appuyant sur des informations éparses, ses connaissances propres et son flair tente d'imaginer des méthodes plus efficaces pour produire ou utiliser la production.

Et l'un de ses indicateurs dont elle dispose pour évaluer la réussite de sa tentative est le profit généré par cette nouvelle activité.

Cette fonction, dont l'importance est cruciale pour le progrès économique, est pourtant totalement absente sous une forme ou sous une autre de beaucoup d'écoles économiques. Forcement ces dernières ont besoin d'un univers statique, fini ou l'information présente, future est figée pour que leurs modèles fonctionnent. L'entrepreneur fait un peu tache dans cette nature morte pas franchement réaliste.

L'Ecole Autrichienne dont l'univers modélisé est ouvert et en déséquilibre réserve par contre une place de choix à cet entrepreneur imprévisible.

"Dans la construction imaginaire de l'économie en régime constant, il n'y a pas de place réservée à l'activité d'entrepreneur, parce que cette construction élimine tous changements de données qui pourraient affecter les prix.

Dès que l'on abandonne cette supposition de la rigidité des données, l'on voit que l'action doit forcément être affectée par tout changement dans les données. Comme l'action tend nécessairement à influer sur un état de choses futur — même si c'est parfois le futur immédiat de l'instant suivant — elle est affectée par tout changement de données inadéquatement prévu qui intervient dans le laps de temps entre le début de l'action et la fin de la période pour laquelle elle entendait pourvoir.

Ainsi le résultat de l'action est toujours incertain. Agir est toujours une spéculation. Cela vaut non seulement pour ce qui concerne une économie de marché, mais tout autant pour Robinson Crusoé l'imaginaire acteur isolé, et dans les conditions d'une économie socialiste. Dans la construction imaginaire d'un système en régime constant, personne n'est entrepreneur ni spéculateur. Dans toute économie vivante et réelle, tout acteur est toujours un entrepreneur et un spéculateur ; les personnes à charge des acteurs — les membres mineurs de la famille dans la société de marché, et les masses dans une société socialiste — sont affectées par le résultat de la spéculation des acteurs, bien qu'elle ne soient elles-mêmes ni acteurs ni spéculateurs."

Ludwig Von Mises - Action Humaine

Pink Floyd the dark side of the moon

Observer, s'inspirer des créations précédentes, rassembler des éléments existant que personne n'avait eu l'idée de rassembler auparavant, s'appuyer sur son intuition pour créer des idées ou des objets nouveaux, échouer 100 fois, tenter 101 fois sont des activités que partagent l'artiste, l'inventeur ou l'entrepreneur.

Malheureusement des trois, il y a en a un qui n'a pas de chance sur la manière dont les théoriciens de son activité appréhendent son travail.

Même après 6 rails de coke, il n'y a pas un critique de cinéma qui parlerait des films sans parler des cinéastes. Les films ne sont pas une masse indistincte qui tombe du ciel sans volonté humaine pour les concevoir.
Beaucoup d'économistes font ça à leurs artistes.

Même après 8 cocktails champagne-vodka, il n'y a pas une chroniqueuse de mode qui prédirait la forme des chaussures dans cinq ans. La mode est incertaine parce que c'est justement le métier des créateurs de mode d'imaginer des nouvelles tendances.
Beaucoup d'économistes font ça à leurs artistes.

Même après 10 gobelets de café sans sucre, il n'y a pas un historien de l'art qui expliquerait que la peinture est univers clos, stable, à périmètre constant. Botticelli a inventé une vision que n'avait pas Giotto qui lui-même a créé une technique que n'avait etc..
Beaucoup d'économistes font ça à leurs artistes.

Même après 12 pilules d'antidépresseur, il n'y a pas un critique littéraire qui prétendrait juger de la santé 'littéraire' d'un pays en aggregeant des données dont le seul mérite est d'être mesurable (le nombre de voyelles, de pages, les kg de chaque roman). Beaucoup d'économistes font ça à leurs artistes.

Même après 14 buvards de LSD, il n'y a pas un groupie de musique planante qui tenterait de définir son trip en faisant des dérivées secondes sur les variations du volume sonore. Pink Floyd ouvre des nouveaux horizons cosmiques multicolores (multicolores comme les éléphants nains qui volent dans la véranda lorsque les deux lunes vertes font une éclipse totale de supernova) qui ne sont pas modélisables par des équations mathématiques.
Beaucoup d'économistes font ça à leurs artistes.

Les entrepreneurs ont beaucoup moins de chance que les artistes ou les inventeurs. Beaucoup de théoriciens de leur activité, même sans avoir bu un verre d'eau minérale, peuvent bâtir d'immenses constructions pour modéliser l'activité économique en zappant complètement l'importance des initiatives individuelles et imprévisibles.

En zappant le coeur de la spécificité de l'économie comme de l'art ou de la science : l'action humaine.

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral