Magrite La condition humaine

Le libéralisme pour les débutants

Le libéralisme expliqué aux débutants

Les libéraux défendent la transparence..

Le taux d'intérêt de marché 2

Le taux d’intérêt joue donc un rôle primordial dans la coordination entre les épargnants, les investisseurs et les producteurs. Résumons :

Citadelle, illustration de Jean-Louis Mourier

Dans l'antiquité, tout baigne pour les prêteurs. D’Alexandrie à Rome en passant par Athènes, percevoir des taux d'intérêt est accepté pratiquement partout.

Plus tard, au tout début de l'Eglise, les prêts avec intérêts ne suscitent pas davantage de réprobation qu'un péché véniel... Une forme honteuse d'avarice et non un péché grave contre la justice, pas de quoi casser trois pattes à un canard.

C'est seulement plusieurs siècles après la création de l'Eglise que celle-ci s'enflamme petit à petit contre des taux d'intérêt baptisés taux d’usure quelque soit leur montant. De condamnation polie, elle devient ainsi l'obsession de certains théologiens rivalisant alors d'anathèmes contre cette pratique.

Bref, après trois siècles d'indifférence, le premier concile de l'Eglise en 325 interdit les prêts avec intérêts mais seulement au clergé.

Au Vème siècle, le Pape Léon I fait profiter la société entière de cette interdiction.

En 788, ça dérape dans le politique. L'empereur Charlemagne interdit l'usure sur tout le territoire.

Durant les siècles suivants, les condamnations se font de plus en plus radicales et violentes. Le sommet étant atteint au XIeme siècle, avec Saint Anselme de Canterbury (1033-1109) qui déclare que l'usure est du vol et décrit avec beaucoup de détails croustillants le sort reservé à ces voleurs dans l'au-delà.
Un vol sans tromperie et avec le consentement de la victime... Si seulement tous les vols étaient de cet ordre là...

Tweet
Le mal-investissement 1

Investir correctement ce n'est pas seulement bien choisir le domaine dans lequel il faut investir :

C'est aussi bien choisir l'étape temporelle de la structure de production dans laquelle il faut investir :

Lorsque l'investisseur se plante, c'est-à-dire lorsqu'il n'évalue pas correctement l'étape dans la structure de production dans laquelle il faut investir, c'est un mal-investissement. Un investissement qui gaspille des ressources et détruit de la valeur.

Un mal-investissement correspond donc à la création d'un bien de capital ne repondant pas à la préfèrence temporelle du grand public, c'est-à-dire au taux d'intérêt ou au niveau d'épargne réel

Par exemple si un investisseur sur-estime l'épargne disponible, il va se lancer dans un projet pharaonique qu'il ne pourra pas terminer ou qu'il terminera au détriment des vrais besoins du public.

"L'augmentation de l'épargne volontaire (...) implique une diminution du taux d'intérêt du marché.
../...
Il est important de noter qu'une chute des taux d'intérêt causée par une augmentation de l'épargne volontaire affecte considérablement la valeur des biens de capitaux, en particulier ceux qui sont utilisés à des étapes de production éloignées de la production de biens de consommation. Ces biens de capitaux ont une durée de vie relativement longue et contribuent largement aux processus de production."

Hernando de Soto - Money, Bank Credit, and economic cycles

Quentin Metsys, « Le Prêteur et sa femme » (1514)

Quentin Metsys, « Le Prêteur et sa femme » (1514)

Durant tout le Moyen-Age, c'est donc une partie de cache-cache qui s'instaure entre d'une part les usuriers et d'autre part les théologiens de l'Eglise Catholique.

Les contournements sont de plus en plus alambiqués. L'Eglise interdit l'usure dans une même monnaie, mais rien n'interdit le change entre deux monnaies ?
Mystérieusement, on se met à changer une somme à une date donnée puis on la rechange quelques mois plus tard avec un taux supérieur au marché...

L'Eglise interdit d'appliquer un taux d'intérêt lorsque le prêt est remboursé en temps et en heure, mais on peut percevoir une amende si ce n'est pas le cas ?
Bizarrement, tous les prêts sont remboursés en retard ce qui permet à l'usurier de prélever une amende...

L'Eglise interdit les taux mais autorise l'emprunteur à faire un cadeau au prêteur ?
Etrangement, les banquiers florentins commencent à se faire pleins de cadeaux. Sans doute parce qu’ils sont gentils et qu'ils s'aiment bien.

Cette sympathique course à l'échalote -s'étalant tout de même sur plusieurs siècles- fera quelques morts, des usuriers imprudents et beaucoup de victimes, les misérables subissant les premiers une limitation du développement économique.

Tweet
Mutant sanguinaire turbo-libéral Mutant sanguinaire turbo-libéral